Colloque national à Rimouski: nouvelles pratiques dans la lutte au décrochage

Thérèse
Thérèse Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Lancement du livre de Daniel Courtois : Denis Trépanier, administrateur de Pro-Jeune-Est, Julie Gaudreault, de l’entreprise À la lettre, Daniel Courtois, Charlie-Maude Giroux, Yves Thériault, Adèle Boudreau, Claude Marcil, André Maurice et Raymond Tudeau, de Pro-Jeune-Est.

Des pratiques traditionnelles sont remises en question lors de la 5e Rencontre nationale des organismes communautaires en lutte au décrochage (ROCLD) qui rassemble à Rimouski, ces 14 et 15 mai, une centaine de membres provenant des différentes régions du Québec.

Cet événement qui se veut un retour aux sources, aux fondements et aux pratiques qui font des organismes communautaires des acteurs de première ligne dans la lutte au décrochage scolaire a permis de questionner la conception traditionnelle de l’éducation et de mettre de l’avant des pratiques innovantes. C’est dans cet esprit que l’auteur Daniel Courtois, intervenant et conférencier à Pro-Jeune-Est, à Rimouski, a lancé son troisième ouvrage intitulé « Pour être maître de soi et maître chez soi ».

L’auteur explique d’abord « ce qui ne va pas » dans la pédagogie dite traditionnelle. « Le savoir demeure le même, mais c’est l’exercice du pouvoir avec le savoir qui doit changer. Les organismes communautaires en lutte au décrochage sont forts dans l’approche de proximité. Tu peux vouloir apporter de l’aide à un jeune, mais s’il ne s’ouvre pas, s’il la refuse, tu ne pourras pas l’aider de façon efficace. Ce qui nous manque alors, c’est la capacité d’entrer en relation avec lui. Pour cela, il faut être préoccupé par son humanité écorchée, malmenée qui s’exprime par des comportements dysfonctionnels. J’ai à connecter avec lui avec ma propre humanité. Je dois être moi avec l’autre. C’est le savoir-être qui est important ».

Un autre moment important de ce colloque a été le rappel de la « Déclaration d’engagement jeunesse » adoptée par les organismes communautaires jeunesse et qui établit comme principe de base que le jeune est le meilleur expert de sa situation. Appel à l’inclusion sociale et reconnaissance du pouvoir des jeunes, cette déclaration vise à donner place et moyens à tous les jeunes pour construire un monde plus juste. Les groupes communautaires vont demander aux élus des divers paliers politiques du Québec de signer cette déclaration et de s’engager ainsi face à l’avenir des jeunes.

La présidence d’honneur de la Rencontre nationale a été confiée à la Rimouskoise Adèle Boudreau, directrice de l’organisme Pro-Jeune-Est depuis 24 ans.

Organisations: Rencontre

Lieux géographiques: Rimouski, Pro-Jeune-Est, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires