En marge du caucus du PQ: non au transport du pétrole sur rail

Thérèse
Thérèse Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

En marge du caucus du Parti québécois qui réunit à Rimouski les 29 députés et leur chef, Pierre Karl Péladeau, ces mardi et mercredi, le député Harold LeBel a accepté de porter à l’Assemblée nationale une pétition d’opposition au transport ferroviaire de produits pétroliers au Québec.

Cette pétition s’oppose résolument au passage par train de produits pétroliers voués à l’exportation « en raison des risques élevés pour l’environnement et la sécurité publique ».

La pétition a été lancée par des citoyens des mouvements Prospérité sans pétrole et Non à une marée noire en présence de plusieurs députés du Parti québécois dont la porte-parole de l’opposition officielle en matière de transport, Martine Ouellet, qui effectue actuellement une tournée sur le projet Belledune de transport par train. « On parle du passage de 240 wagons par jour de pétrole des gaz bitumineux, de pétrole lourd, pour exportation. Aucune consommation ou transformation au Québec qui prendrait pourtant tous les risques de sécurité civile, car on sait qu’il y en a, que l’on pense à Lac-Mégantic, et tous les risques environnementaux. »

Le porte-parole du groupe de citoyens qui s’oppose au transport du pétrole par train, Martin Poirier, précise que la pétition s’adresse à tous les Québécois. « Nous voulons que l’Assemblée nationale refuse catégoriquement ce type de projet. Nous souhaitons que beaucoup d’organismes et de municipalités relayent cette pétition auprès des citoyens. »

Une fin de non-recevoir

En plus de souligner « les dangers réels et irrémédiables dans le cas de déversement dans les écosystèmes traversés, les lacunes de sécurité et de contrôle de ces infrastructures », la pétition prend en considération « les conséquences inévitables et les dangers d’une circulation de superpétroliers dans la Baie-des-Chaleurs ».

« Pour nous, il n’y a qu’une avenue pour le projet de Chaleur Terminals, c’est une fin de non-recevoir. De la Vallée du Saint-Laurent à la Gaspésie et à la Matapédia, l’ensemble du territoire québécois est touché », ajoute Martin Poirier.

Les gens disposent d’un délai de trois mois pour signer la pétition sur le site de l’Assemblée nationale. « À partir de la pétition, nous demanderons une commission parlementaire pour répondre aux gens qui l’auront signée. C’est important qu’ils signent la pétition, ça va mettre de la pression sur le gouvernement », affirme le député de Rimouski, Harold LeBel.

Le projet Chaleur Terminals

Le gouvernement du Nouveau-Brunswick a autorisé la compagnie albertaine Chaleur Terminals à transporter, stocker, manipuler et charger à bord de navires au port de Belledune (N.-B.) du pétrole de schiste ou bitumineux transporté par train à raison de deux convois de 120 wagons quotidiennement, représentant 1,2 million de barils par semaine. Ce projet prévoit le passage du train chargé de pétrole au cœur de plusieurs villes du Québec.

Organisations: Parti québécois, Assemblée nationale, Chaleur Terminals Groupe de citoyens

Lieux géographiques: Québec, Lac-Mégantic, La Vallée du Saint-Laurent Matapédia Rimouski Nouveau-Brunswick Port de Belledune

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires