Selon Pierre Karl Péladeau, les ports à l'abandon ont coûté cher aux Québécois

Thérèse
Thérèse Martin
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Pierre Karl Péladeau fera un survol du déroulement du caucus lors d’un point de presse, mercredi midi. On le voit ici en compagnie du député de Rimouski, Harold LeBel.

Après avoir visité les installations portuaires désuètes de Rimouski, le chef du Parti québécois, Pierre Karl Péladeau, a déclaré que les infrastructures portuaires ont été abandonnées par le gouvernement fédéral alors qu’elles ont coûté des milliards $ aux Québécois.

Pour le Parti québécois, le gouvernement libéral est empêtré dans ses silos, ses façons de travailler. « À cela s’ajoute le fédéral. L’un attend l’autre et pendant ce temps, ce sont les projets qui attendent et les gens qui en souffrent. »

Citant en exemple la situation du quai de Rimouski qui ne peut plus répondre adéquatement aux besoins des pêcheurs et qui ne peut plus abriter le bateau de recherche Coriolis II, le chef du Parti québécois se questionne sur l’efficacité de la Stratégie maritime. M. Péladeau ajoute qu’un Québec souverain pourrait prendre ses propres décisions notamment dans le domaine des installations portuaires.

Institut de recherche sur la souveraineté

M. Péladeau réaffirme son intention de créer un institut de recherche appliquée sur la souveraineté, non seulement pour communiquer un argumentaire aux Québécois, fournir des données, mais aussi pour répondre à leurs interrogations, notamment sur le partage des actifs et de la dette.

Départ de Marguerite Blais et de Gilles Ouimet

Pierre Karl Péladeau et Bernard Drainville ont commenté le départ annoncé récemment par deux députés du gouvernement libéral, Marguerite Blais et Gilles Ouimet. Ils leur reprochent d’avoir rompu leurs engagements envers leurs électeurs mais surtout, de toucher leur indemnité de départ. « Philippe Couillard ne donne pas l’exemple », affirme le député péquiste Bernard Drainville, qui rappelle que le gouvernement libéral avait promis d’abolir les primes de départ.

Le caucus de pré-session du Parti québécois, premier caucus de Pierre Karl Péladeau, se poursuivra demain, mercredi. C’est la première fois qu’il se déroule à Rimouski depuis 2001. La politique d’austérité du gouvernement libéral est au cœur des discussions de ce caucus.

Organisations: Parti québécois

Lieux géographiques: Quai de Rimouski, Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires