Votre maison est peut-être radioactive

Charles
Charles Lepage
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

RADON. Le radon est un gaz radioactif qui provient naturellement de la désintégration de l'uranium contenu dans le sol. Puisqu’il est invisible, inodore et sans goût, il peut s'infiltrer dans la maison sans être perçu et on le retrouve dans presque toutes les maisons.

Dans une maison sur 10 au Québec, une maison sur sept au Bas-Saint-Laurent (14 %) et une maison sur quatre en Gaspésie (25 %), la concentration de radon dépasse la directive de Santé Canada. Dans l'environnement extérieur, le radon se disperse et devient alors inoffensif. Cependant, dans les lieux confinés, comme votre maison, il peut s'accumuler à des concentrations élevées, et devenir un risque pour la santé.

Les concentrations de ce gaz varient d'une maison à l'autre, même si elles sont voisines. La seule façon de savoir si la concentration de radon est problématique est de la mesurer. « Au Québec, à certains endroits on ne trouvera qu’une maison sur 200 avec des émissions de radon et dans les pires situations, on trouvera une maison sur deux avec un problème de radon. Elles ont beau être sur le même sol, même l’une à côté de l’autre, il n’y a pas une maison qui soit pareille. Les voies d’infiltrations sont différentes de l’une à l’autre et c’est pourquoi on ne peut pas se fier à la mesure de notre voisin », souligne Mathieu Brossard de Santé Canada, un spécialiste en rayonnement qui travaille sur le dossier du radon depuis huit ans.

« On s’intéresse au radon parce que c’est essentiellement un problème de santé. On ne peut le détecter autrement qu’avec des appareils de mesure. Il peut s'infiltrer dans votre maison, de façon inaperçue, et causer le cancer du poumon. Il émet un rayonnement alpha et avec le temps, quand on est exposé pendant de nombreuses années à des concentrations importantes, cela augmente les risques de cancer du poumon. C’est la deuxième cause de cancer du poumon après le tabagisme », mentionne Jean-Claude Dessau, médecin-conseil associé au ministère de la Santé et des Services sociaux et porte-parole au service de santé environnementale sur le radon.

Plus pernicieux que la cigarette, le radon n’a rien de prémonitoire, aucun symptôme, aucun signe de santé qui permettent de dire : « Ah, je commence à avoir un problème de radon. » On estime qu'un non-fumeur exposé à des concentrations élevées de radon pendant toute sa vie a une chance sur 20 d'être atteint d'un cancer du poumon. Cette estimation augmente à un sur trois chez un fumeur exposé à de fortes concentrations sur la même période.

La dépressurisation active du sol est la méthode de réduction du radon la plus courante. L'augmentation de la circulation de l'air et l'étanchéisation des points d'infiltration du radon peuvent également contribuer à réduire les concentrations de ce gaz. Mathieu Brossard

Réduire la présence de radon dans votre maison

Selon Mathieu Brossard, tous les propriétaires devraient mesurer le taux de radon dans leurs résidences. On ne veut pas qu’il y en ait trop, donc on le détecte avec de petits appareils que l’on peut se procurer dans certaines quincailleries, auprès du CAA ou sur internet à partir d’une quarantaine de dollars, incluant les frais d’analyse. Il faut les laisser chez soi sur une période de trois mois, au plus bas niveau occupé de la maison (chambre ou salle de jeu au sous-sol). On peut aussi embaucher un professionnel certifié pour la mesure du radon. Santé Canada recommande d'utiliser un test de mesure à long terme pour au moins trois mois. Le meilleur moment pour la mesure est la période allant de septembre à avril, lorsque les fenêtres sont fermées la plupart du temps.

Si la concentration de radon dans votre maison est supérieure aux lignes directrices du guide canadien, soit 200 becquerels par mètre cube, Santé Canada recommande de prendre des mesures d'atténuation. Plus la concentration de radon est élevée, plus vous devrez agir rapidement pour la réduire.

Pour plus d’informations sur la réduction de radon dans votre maison, voir la brochure « Le radon – Guide de réduction pour les Canadiens » ou consultez : Enquête pancanadienne sur les concentrations de radon dans les habitations - Rapport final, sur le site de Santé Canada au www.sc-hc.gc.ca

Organisations: Santé Canada, Ministère de la Santé, Services sociaux CAA

Lieux géographiques: Québec, Gaspésie

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires