Les futures infirmières ne partiront pas au Burkina Faso

Adeline
Adeline Mantyk
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

STAGE ÉTUDIANT. La cohorte d’étudiantes en Soins infirmiers du Cégep de Rimouski qui préparait depuis deux ans son stage au Burkina Faso s’est vue contrainte d’annuler son voyage.

Dans la foulée des attentats qui ont secoué la capitale du Burkina Faso le 15 janvier, la direction du Cégep a exhorté le groupe de ne pas s'y rendre afin de garantir la sécurité des huit étudiantes de 3e année et des deux professeurs. Ils devaient se rendre,du 11 mars au 2 avril, à Pô, un village à 150 km de Ouagadougou, lieu où des combattants djihadistes ont revendiqué une attaque qui a fait 30 victimes, dont 22 de nationalité étrangère, selon certains médias européens.

« Notre priorité principale est évidemment la sécurité de nos étudiantes. Pour certaines, il s’agit de leur première expérience au collégial », indique Mélanie Giguère, enseignante au programme de Soins infirmiers au Cégep de Rimouski.

« Toute seule et sans étudiantes sous ma responsabilité, je serais partie. Le Burkina Faso, malgré le changement de présidence en 2015 qui a amené un climat un peu plus incertain au pays et malgré la guerre civile au Mali, pays voisin, représente un environnement francophone assez stable et accueillant, et Pô est un village tranquille au sud du pays. »

La fière équipe s’envolera malgré tout vers le Sénégal ou Haïti afin de valider ce stage humanitaire d’un mois qui fait partie intégrante de la formation collégiale. « Nous devons nous réajuster, l’organisme de Trois-Rivières avec lequel nous travaillons, Comité de solidarité Trois-Rivières, travaille à nous trouver un nouveau milieu de stage », précise l’enseignante, qui encadrera la cohorte durant le stage avec un autre enseignant en Soins, Marc Leblanc.

Des billets achetés deux jours avant l’attentat

Comble de malchance, les billets d’avion pour le Burkina Faso avaient été achetés deux jours avant les attentats mais la totalité des 10 billets ne sera pas remboursée complètement par la compagnie aérienne : « Le Canada n’a pas émis d’avis consulaire interdisant ses ressortissants à se rendre au Burkina Faso, seulement une mise en garde concernant la frontière nord avec le Mali », précise Mme Giguère.

Le voyage coûtera plus cher : « La campagne de financement devra se prolonger pour trouver les 3 500 $ supplémentaires. Les étudiantes vont vendre des cretons, peut-être aussi faire un Zumbathon, mais nous allons partir, c’est certain », a fait savoir Mélanie Giguère.

Sur 35 étudiants de 3e année en Soins infirmiers, une vingtaine a manifesté son désir de partir pour un stage humanitaire. Huit ont été choisis selon les critères des enseignants, incluant la maturité, le niveau académique.

Organisations: Comité de solidarité Trois-Rivières

Lieux géographiques: Burkina Faso, Soins, Mali Ouagadougou Sénégal Haïti Trois-Rivières Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires