L’industrie forestière québécoise doit être défendue

Alexandre
Alexandre D'Astous
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Sylvain Roy

BOIS D'ŒUVRE RÉSINEUX. Le porte-parole du Parti Québécois en matière de forêts, Sylvain Roy, demande au gouvernement de Philippe Couillard d’insister auprès du fédéral pour que la position de l’industrie forestière québécoise soit défendue lors de la négociation d’un nouvel accord sur le bois d’oeuvre résineux avec les États-Unis.

« Le précédent accord a été beaucoup plus favorable pour l’Ouest du Canada que pour le Québec. Lorsque des conflits sont survenus, le gouvernement fédéral a toujours refusé de travailler dans l’intérêt de l’industrie québécoise, et ce sont nos travailleurs et nos régions qui en ont souffert », a rappelé Sylvain Roy.

Celui-ci a également souligné que l’Accord sur le bois d’oeuvre résineux est échu depuis octobre 2015. « Le gouvernement du Québec doit insister sans cesse auprès du fédéral, puisque c’est le Canada qui négociera en notre nom. Les déclarations de la ministre fédérale du Commerce international, Chrystia Freeland, inquiètent, car elle ne semble pas vouloir défendre l’industrie québécoise, pourtant frappée de plein fouet plus d’une fois. Souvenons-nous que les taxes sur le papier surcalendré et les autres impositions découlant de l’Accord ont fait perdre des emplois au Québec », a-t-il ajouté.

Organisations: Commerce international

Lieux géographiques: Québec, Canada

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires