Aluminium et éolien

Pierre
Pierre Morel
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

Verra-t-on plus de composantes d’aluminium dans les éoliennes? À suivre.

Un maillage est-il possible?

Une délégation du Réseau Trans-Al, qui représente l’industrie de l’aluminium, était de passage à Gaspé à la mi-novembre pour rencontrer le TechnoCentre éolien et le Créneau éolien Accord afin d’évaluer comment ces deux secteurs pourraient être appelés à collaborer.

Précisant que cette rencontre est la suite logique d’un premier rendez-vous tenu cet été au Saguenay et au cours duquel il a été question de la filière éolienne, le directeur du TechnoCentre éolien de Gaspé, Frédéric  Côté, souligne que les représentants du secteur de l’aluminium ont été intrigués et qu’ils désiraient en apprendre davantage.

Le directeur du TechnoCentre indique que la rencontre de Gaspé a permis à la délégation du Réseau Trans-Al de découvrir la complexité d’une éolienne grâce à la visite du centre de recherche et aussi de tenter d’identifier quels types de composantes en aluminium pourraient être introduites dans l’éolien.

« Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il y a déjà des composantes en aluminium dans une éolienne et nous avons amorcé des discussions pour vérifier s’il est possible d’en ajouter de nouvelles », commente Frédéric Côté.

Bien que cette démarche demeure au stade exploratoire, car il y a beaucoup de détails à analyser, Frédéric Côté soutient qu’il y a un intérêt de part et d’autre et qu’un plan de travail a été élaboré.

Il ajoute qu’en raison des difficultés rencontrées et la concurrence qui s’accroit dans le marché de l’aluminium, une telle perspective pourrait permettre de développer un nouveau marché pour les producteurs. « Pour eux, l’éolien cadre bien », dit-il, en indiquant que les deux parties entendent poursuivre la démarche.

Il rappelle aussi que le gouvernement vient d’ailleurs de s’engager à favoriser les projets impliquant la production de composantes stratégiques au Québec lors du prochain appel d’offres de 450 mégawatts d’énergie éolienne ce qui peut signifier de nouvelles opportunités pour les transformateurs québécois de l’aluminium.

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires