Plus de 3000 contraventions émises durant l'offensive «Textes-"tue"?»

Stéphanie
Stéphanie Mac Farlane
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

CELLULAIRE. Plus de 3000 constats d'infraction ont été donnés par les policiers de l'ensemble du Québec du 23 au 29 mars, dans le cadre de la vaste offensive policière «Textes-"tue"?» qui visait l'utilisation du cellulaire au volant.

constat d'infraction

Les 3000 constats ont été distribués lors des 2000 opérations réalisées par les forces de l'ordre durant cette période. Notons qu'aucun bilan régional n'est disponible. L'offensive policière «Textes-"tue"?» visait l'ensemble des distractions au volant, mais les patrouilleurs québécois avaient particulièrement à l'œil les automobilistes qui utilisaient leur mobile au volant.

Tête baissée, appareil téléphonique à l'oreille, cellulaire en main. Les policiers de la région portaient une attention plus que particulière aux signes qui trahissaient un conducteur utilisant son cellulaire au volant.

«Que ce soit pour parler ou pour envoyer des textos, cette action réduit considérablement l'attention et la concentration du conducteur, en plus d'augmenter les risques de commettre d'autres infractions au Code de la sécurité routière», écrit, dans un communiqué de presse, la Sûreté du Québec. Il ne faut que 4 à 6 secondes d'inattention à une vitesse de 90 km/h pour traverser, les yeux fermés, l'équivalent d'un terrain de football.

Organisations: Sûreté du Québec

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires

Derniers commentaires

  • Riki 45
    04 avril 2015 - 21:54

    Contrairement à ce que vous dites dans votre article, la SQ a bel et bien envoyé un bilan régional jeudi dernier suite à leur opération sur le cellulaire au volant, lisez ce que dit les autres médias à part TC !!!

  • steve
    04 avril 2015 - 13:06

    C'est une excellente chose. Il y en a trop. Tous comme l'alcool et la drogue au volant. C'est une conduite impardonnable et surtout un grave manque de jugement.