« Il est urgent qu’on devienne indépendant » - Martine Ouellet

Marie-Eve Shaffer
Envoyer à un ami

Envoyer cet article à un ami.

ENTREVUE. La candidate à la chefferie du Parti québécois (PQ), Martine Ouellet, souhaite que sa formation politique se concentre sur son but premier, qui est de réaliser la souveraineté du Québec. Fini les ambiguïtés. Si elle est élue à la tête du PQ et que celui-ci réussit à former le gouvernement en 2018, un référendum sera rapidement organisé.

Martine Ouellet

Pourquoi est-ce si pressant pour vous de réaliser l’indépendance?

Ça nous donne 7 ans. Je ne considère pas que ça soit très pressé. De rester à l’intérieur du Canada, ce n’est pas de l’immobilisme, c’est un recul. Les décisions d’Ottawa nous font mal. Le registre sur les armes à feu. Contre le Québec. Le projet de pipeline Energie Est. Contre le Québec. Le péage sur le pont Champlain. Contre le Québec. Les accords post-Kyoto sur les changements climatiques auxquels le gouvernement fédéral refuse de collaborer. Encore contre le Québec. Tranquillement, le Québec s’affaiblit. Pour moi, il est urgent qu’on devienne indépendant.

 

Parmi les candidats à la chefferie, on sent que c’est vous qui voulez réaliser la souveraineté du Québec le plus rapidement…

C’est moi pour qui c’est le plus clair. L’appui à l’indépendance s'est maintenu à 40% depuis 10 ou 15 ans. Au-dessus de l’appui au PQ. Il y a une leçon à prendre de cela. Pour avancer, il faut se mobiliser. Et il faut rendre ce projet réel. Si c’est juste un jour, les gens n’embarquent pas dans une mobilisation pour 15 ans. Un autre candidat a dit «avant 2018, je le dirai». Quand il y a des cachettes comme cela, on ne peut pas embarquer la population. L’ambiguïté a divisé le mouvement indépendantiste.

Lieux géographiques: Québec, Canada, Ottawa Energie Est Pont Champlain Kyoto

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4
  • 5

Merci d'avoir voté

Haut de page

Commentaires

Commentaires