Une chaîne humaine contre le pétrole au coeur de Rimouski

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 25 mai 2014

Environ 120 personnes ont formé une chaîne humaine sur la Promenade de la mer, à Rimouski, dimanche, pour protester contre les projets pétroliers qui touchent le Bas-Saint-Laurent, le pipeline de TransCanada et le port pétrolier à Cacouna.

Les manifestants se sont d’abord réunis au parc de la Gare, pour ensuite emprunter l’avenue de la Cathédrale et faire un arrêt à l’hôtel de ville pour demander au maire, Éric Forest, de se positionner face aux projets de TransCanada. Par la suite, les manifestants se sont regroupés sur la Promenade de la mer où ils ont constitué une chaîne humaine en se tenant la main.

La porte-parole de la Coalition Bas-Saint-Laurent pour une prospérité sans pétrole, Marie-Phare Boucher, a affirmé l’opposition du regroupement aux projets de pipeline et de port pétrolier. « Ce ne sont pas des projets sécuritaires et ce n’est pas ce genre d’avenir que l’on veut pour nos enfants et notre fleuve. Nous déplorons l’attitude de la compagnie TransCanada qui veut nous imposer ses conditions, son projet sans nous demander notre avis. De plus, je ne crois pas que l’évaluation gouvernementale en cours soit effectuée de façon juste et équitable. »

Madame Boucher ajoute que l’action a été menée en concertation avec un groupe de Tadoussac. « Nous ne voulons pas d’un pipeline qui passe à travers le fleuve. S’il y a un déversement, l’ensemble de notre écosystème sera affecté. »

Les groupes environnementaux ont obtenu une petite victoire, la semaine dernière, alors que l’entreprise TransCanada s’est engagée devant la Cour supérieure du Québec à suspendre ses travaux de forage à Cacouna tant qu’elle n’aura pas obtenu les autorisations nécessaires. Selon Marie-Phare Boucher, il ne pourrait s’agir que d’un répit. « Il faut poursuivre la lutte et informer la population des conséquences que peuvent avoir de tels projets. »

Ce jeudi 5 juin, Oléoduc Énergie Est a réagi.  

Une chaîne humaine contre le pétrole au coeur de Rimouski

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 25 mai 2014


Environ 120 personnes ont formé une chaîne humaine sur la Promenade de la mer, à Rimouski, dimanche, pour protester contre les projets pétroliers qui touchent le Bas-Saint-Laurent, le pipeline de TransCanada et le port pétrolier à Cacouna.

Les manifestants se sont d’abord réunis au parc de la Gare, pour ensuite emprunter l’avenue de la Cathédrale et faire un arrêt à l’hôtel de ville pour demander au maire, Éric Forest, de se positionner face aux projets de TransCanada. Par la suite, les manifestants se sont regroupés sur la Promenade de la mer où ils ont constitué une chaîne humaine en se tenant la main.

La porte-parole de la Coalition Bas-Saint-Laurent pour une prospérité sans pétrole, Marie-Phare Boucher, a affirmé l’opposition du regroupement aux projets de pipeline et de port pétrolier. « Ce ne sont pas des projets sécuritaires et ce n’est pas ce genre d’avenir que l’on veut pour nos enfants et notre fleuve. Nous déplorons l’attitude de la compagnie TransCanada qui veut nous imposer ses conditions, son projet sans nous demander notre avis. De plus, je ne crois pas que l’évaluation gouvernementale en cours soit effectuée de façon juste et équitable. »

Madame Boucher ajoute que l’action a été menée en concertation avec un groupe de Tadoussac. « Nous ne voulons pas d’un pipeline qui passe à travers le fleuve. S’il y a un déversement, l’ensemble de notre écosystème sera affecté. »

Les groupes environnementaux ont obtenu une petite victoire, la semaine dernière, alors que l’entreprise TransCanada s’est engagée devant la Cour supérieure du Québec à suspendre ses travaux de forage à Cacouna tant qu’elle n’aura pas obtenu les autorisations nécessaires. Selon Marie-Phare Boucher, il ne pourrait s’agir que d’un répit. « Il faut poursuivre la lutte et informer la population des conséquences que peuvent avoir de tels projets. »

Ce jeudi 5 juin, Oléoduc Énergie Est a réagi.