Marsoui frappé de plein fouet par Arthur

Pierre Morel redaction_rimouski@tc.tc Publié le 6 juillet 2014

Il n’y a pas que dans la Baie-des-Chaleurs que la tempête Arthur a semée la désolation, car la petite municipalité de Marsoui en Haute-Gaspésie a été particulièrement touchée.

Dimanche, les traces du passage d’Arthur et surtout des quelque 125 millimètres de pluie qui sont tombés dans le secteur ont laissé des marques profondes.

Ainsi, une partie du village est littéralement coupé en deux, car des canalisations ont cédé sous la pression de l’eau de la rivière qui s’y engouffrait.

On compte des dizaines de sous-sols inondés et plusieurs citoyens affirment qu’ils n’ont jamais été témoins de telles scènes.

On rapporte aussi que près de la moitié des citoyens de la localité sont aussi privés d’électricité et tout le système d’aqueduc ne répond plus, car des tuyaux ont été entièrement déterrés ce qui a créé une énorme fissure et sectionné une rue.

Une partie du parc Alphonse-Couturier est toujours submergé et le camping a aussi été touché lourdement. On craint également d’autres glissements de terrain dans le secteur du quai.

Les différents services d’urgence sont sur place pour sécuriser les lieux et la Croix rouge a établi un quartier général au centre communautaire pour venir en aide aux sinistrés et distribuer de l’eau potable.

On a aussi dû aménager des toilettes chimiques.

Des inondations ont aussi touché les municipalités de Rivière-à-Claude, Mont-Louis, Gros-Morne et L’Anse-Pleureuse et une section de la route 132, près de Marsoui, a été fermée durant quelques heures à la hauteur de la route du Portage en raison d’accumulation de terre.

Marsoui frappé de plein fouet par Arthur

Pierre Morel redaction_rimouski@tc.tc Publié le 6 juillet 2014


Il n’y a pas que dans la Baie-des-Chaleurs que la tempête Arthur a semée la désolation, car la petite municipalité de Marsoui en Haute-Gaspésie a été particulièrement touchée.

Dimanche, les traces du passage d’Arthur et surtout des quelque 125 millimètres de pluie qui sont tombés dans le secteur ont laissé des marques profondes.

Ainsi, une partie du village est littéralement coupé en deux, car des canalisations ont cédé sous la pression de l’eau de la rivière qui s’y engouffrait.

On compte des dizaines de sous-sols inondés et plusieurs citoyens affirment qu’ils n’ont jamais été témoins de telles scènes.

On rapporte aussi que près de la moitié des citoyens de la localité sont aussi privés d’électricité et tout le système d’aqueduc ne répond plus, car des tuyaux ont été entièrement déterrés ce qui a créé une énorme fissure et sectionné une rue.

Une partie du parc Alphonse-Couturier est toujours submergé et le camping a aussi été touché lourdement. On craint également d’autres glissements de terrain dans le secteur du quai.

Les différents services d’urgence sont sur place pour sécuriser les lieux et la Croix rouge a établi un quartier général au centre communautaire pour venir en aide aux sinistrés et distribuer de l’eau potable.

On a aussi dû aménager des toilettes chimiques.

Des inondations ont aussi touché les municipalités de Rivière-à-Claude, Mont-Louis, Gros-Morne et L’Anse-Pleureuse et une section de la route 132, près de Marsoui, a été fermée durant quelques heures à la hauteur de la route du Portage en raison d’accumulation de terre.