Harold LeBel et Pascal Bérubé dénoncent l’austérité libérale

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 15 septembre 2014

Harold LeBel et Pascal Bérubé déclarent qu’ils défendront vigoureusement le Bas-Saint-Laurent à l’Assemblée nationale.

©Photo TC Media - Thérèse Martin

« Six mois après son élection, le bilan du gouvernement libéral en est un d’austérité. Une austérité qui a des impacts au Bas-Saint-Laurent en santé, en éducation, en emploi et pour les groupes communautaires. »

Dans le cadre de la rentrée parlementaire, les députés péquistes de Rimouski et de Matane-Matapédia, Harold LeBel et Pascal Bérubé, affirment que près de 4,5 millions $ ont été coupés par le gouvernement libéral dans le réseau de la santé et des services sociaux, dans leurs comtés. « La hausse prévue par le Parti québécois de 54 millions $ du financement des organismes communautaires a été abandonnée par les Libéraux. Les gens sont extrêmement inquiets », ajoute Harold LeBel.

Le député de Rimouski rappelle que les organismes communautaires interviennent auprès des gens les plus vulnérables. « Ils se retrouveront encore davantage exclus, isolés. »

En éducation, Pascal Bérubé précise que la Commission scolaire des Phares doit « appliquer les commandes du gouvernement », ce qui se traduit par une réduction de 28 % des effectifs de techniciens en éducation spécialisée et des coupes dans le transport scolaire, particulièrement le midi.

Les députés dénoncent aussi les coupures de budget des Centres locaux d’emploi et une augmentation du taux de chômage de 0,3 % d’avril à août 2014. « Ce qui était supposé être le gouvernement de l’économie et de l’emploi s’avère être celui des compressions et du chômage. »

Finalement, les députés péquistes dénoncent « la centralisation à outrance » et le refus de moduler les programmes en fonction des spécificités régionales.