Les pharmaciens sont en grande demande au Bas-Saint-Laurent

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 2 février 2015

Santé

©Photo gracieuseté

Les pharmaciens sont particulièrement recherchés, au Bas-Saint-Laurent. L’Agence régionale de la santé et des services sociaux constate que le poste de pharmacien d’établissement est même difficile à combler, actuellement.

Selon la présidente et directrice générale de l’Agence régionale, Isabelle Malo, la situation s’est pourtant améliorée pour plusieurs catégories de postes qui étaient difficiles à combler l’an dernier, principalement l’orthophonie, la physiothérapie, l’ergothérapie et la psychologie. « La situation s’est améliorée notamment grâce à un programme de bourses de recrutement. Nous espérons que ce programme pourra se poursuivre. »

Le salon « Les rendez-vous des métiers », qui permet de faire la promotion des différentes professions liées aux secteurs de la santé et des services sociaux, s’avère également un bon moyen de recruter de futurs employés.

À l’échelle du Québec, trois types d’emploi sont particulièrement en demande de personnel : infirmière et infirmier, psychologue, pharmacien.

Par ailleurs, le ministre de la Santé autorisait récemment 16 nouveaux postes de médecins omnipraticiens dans le Bas-Saint-Laurent. 14 ont déjà été recrutés et l’Agence a suffisamment de candidatures pour combler les deux autres. Les 16 nouveaux médecins entreront en fonction, dans la région, entre la fin du printemps et le début de l’automne.

8 000 employés de la santé

Le Bas-Saint-Laurent compte environ 8 000 employés de la santé. 82 % d’entre eux sont des femmes et la moyenne d’âge se situe à 42 ans. Le personnel infirmier constitue 40 % des employés. Globalement, on note un roulement significatif pour environ un millier de postes (mutations, départs, changements d’emploi, etc.).

Les pharmaciens sont en grande demande au Bas-Saint-Laurent

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 2 février 2015

Santé

©Photo gracieuseté


Les pharmaciens sont particulièrement recherchés, au Bas-Saint-Laurent. L’Agence régionale de la santé et des services sociaux constate que le poste de pharmacien d’établissement est même difficile à combler, actuellement.

Selon la présidente et directrice générale de l’Agence régionale, Isabelle Malo, la situation s’est pourtant améliorée pour plusieurs catégories de postes qui étaient difficiles à combler l’an dernier, principalement l’orthophonie, la physiothérapie, l’ergothérapie et la psychologie. « La situation s’est améliorée notamment grâce à un programme de bourses de recrutement. Nous espérons que ce programme pourra se poursuivre. »

Le salon « Les rendez-vous des métiers », qui permet de faire la promotion des différentes professions liées aux secteurs de la santé et des services sociaux, s’avère également un bon moyen de recruter de futurs employés.

À l’échelle du Québec, trois types d’emploi sont particulièrement en demande de personnel : infirmière et infirmier, psychologue, pharmacien.

Par ailleurs, le ministre de la Santé autorisait récemment 16 nouveaux postes de médecins omnipraticiens dans le Bas-Saint-Laurent. 14 ont déjà été recrutés et l’Agence a suffisamment de candidatures pour combler les deux autres. Les 16 nouveaux médecins entreront en fonction, dans la région, entre la fin du printemps et le début de l’automne.

8 000 employés de la santé

Le Bas-Saint-Laurent compte environ 8 000 employés de la santé. 82 % d’entre eux sont des femmes et la moyenne d’âge se situe à 42 ans. Le personnel infirmier constitue 40 % des employés. Globalement, on note un roulement significatif pour environ un millier de postes (mutations, départs, changements d’emploi, etc.).