Marche mondiale des femmes: en lutte pour l’égalité et la justice sociale

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 11 mars 2015

Le député de Rimouski, Harold LeBel, et Christina Brazeau, du bureau du député fédéral Guy Caron, ont donné leur appui aux groupes de femmes représentés ici par Marie-Andrée Mathieu, Anne Archambault et Brigitte Michaud.

©Photo TC Media - Thérèse Martin

Les groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent lancent les activités de la Marche mondiale des femmes. D’avril à octobre 2015, les groupes uniront leurs forces vives et lutteront pour l’égalité, mais aussi la démocratie et la justice sociale.

La Marche mondiale des femmes est un événement qui se déroule tous les cinq ans, depuis la première marche « Du pain et des roses », en 1995. Une cinquantaine de pays et territoires sont impliqués. Les actions de la Marche mondiale des femmes visent à combattre les divers types d’oppression vécus par les femmes.

Cette année, le thème « Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires » guidera les participantes qui dénoncent principalement l’accaparement de la nature, l’appropriation des revenus et des droits des travailleuses, le contrôle du corps et de la vie des femmes, l’augmentation de la militarisation, de la criminalisation des luttes et la violence envers les femmes. Elles dénoncent également les mesures d’austérité « qui touchent de plein fouet les femmes et qui mettent en danger leurs droits à l’égalité et à la justice », explique Brigitte Michaud, de la Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent.

Anne Archambault, grande cheffe de la Première nation Malécites de Viger, fait par ailleurs ressortir les inégalités qui affectent la vie des femmes autochtones et s’implique activement dans la Marche mondiale des femmes. De plus, une autre porte-parole régionale de la Marche, Marie-Andrée Mathieu, précise que les femmes peuvent jouer un rôle majeur pour sauver la planète.

Pour financer les activités, des foulards et des épinglettes seront vendus et la brasserie Le Bien, le Malt donnera une partie des profits de la vente d’une nouvelle bière à la Marche mondiale des femmes.

Activités de la Marche des femmes

Plusieurs activités animeront l’édition 2015 de la Marche mondiale des femmes, dont 24 heures d’actions féministes en lien avec les conditions de travail précaires le 24 avril, des vigiles en solidarité avec les femmes autochtones et une action régionale dans le cadre de la tournée de la Caravane de la Coordination du Québec à l’automne. Le 17 octobre, les femmes du Bas-Saint-Laurent seront conviées à participer au rassemblement national de la Marche mondiale des femmes qui aura lieu cette année à Trois-Rivières.

Marche mondiale des femmes: en lutte pour l’égalité et la justice sociale

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 11 mars 2015

Le député de Rimouski, Harold LeBel, et Christina Brazeau, du bureau du député fédéral Guy Caron, ont donné leur appui aux groupes de femmes représentés ici par Marie-Andrée Mathieu, Anne Archambault et Brigitte Michaud.

©Photo TC Media - Thérèse Martin


Les groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent lancent les activités de la Marche mondiale des femmes. D’avril à octobre 2015, les groupes uniront leurs forces vives et lutteront pour l’égalité, mais aussi la démocratie et la justice sociale.

La Marche mondiale des femmes est un événement qui se déroule tous les cinq ans, depuis la première marche « Du pain et des roses », en 1995. Une cinquantaine de pays et territoires sont impliqués. Les actions de la Marche mondiale des femmes visent à combattre les divers types d’oppression vécus par les femmes.

Cette année, le thème « Libérons nos corps, notre Terre et nos territoires » guidera les participantes qui dénoncent principalement l’accaparement de la nature, l’appropriation des revenus et des droits des travailleuses, le contrôle du corps et de la vie des femmes, l’augmentation de la militarisation, de la criminalisation des luttes et la violence envers les femmes. Elles dénoncent également les mesures d’austérité « qui touchent de plein fouet les femmes et qui mettent en danger leurs droits à l’égalité et à la justice », explique Brigitte Michaud, de la Table de concertation des groupes de femmes du Bas-Saint-Laurent.

Anne Archambault, grande cheffe de la Première nation Malécites de Viger, fait par ailleurs ressortir les inégalités qui affectent la vie des femmes autochtones et s’implique activement dans la Marche mondiale des femmes. De plus, une autre porte-parole régionale de la Marche, Marie-Andrée Mathieu, précise que les femmes peuvent jouer un rôle majeur pour sauver la planète.

Pour financer les activités, des foulards et des épinglettes seront vendus et la brasserie Le Bien, le Malt donnera une partie des profits de la vente d’une nouvelle bière à la Marche mondiale des femmes.

Activités de la Marche des femmes

Plusieurs activités animeront l’édition 2015 de la Marche mondiale des femmes, dont 24 heures d’actions féministes en lien avec les conditions de travail précaires le 24 avril, des vigiles en solidarité avec les femmes autochtones et une action régionale dans le cadre de la tournée de la Caravane de la Coordination du Québec à l’automne. Le 17 octobre, les femmes du Bas-Saint-Laurent seront conviées à participer au rassemblement national de la Marche mondiale des femmes qui aura lieu cette année à Trois-Rivières.