Béatification d'Élisabeth Turgeon: Rimouski accueillera des milliers de visiteurs

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 16 mars 2015

Plus de 3 000 personnes sont attendues à Rimouski, le 26 avril, pour assister à l’un des événements religieux les plus importants de l’histoire du Québec : la béatification d’Élisabeth Turgeon.

Cet événement sera une première pour l’Église catholique puisque ce sera la première fois qu’une cérémonie de béatification se déroulera à l’extérieur de Rome, à l’endroit même où a vécu et où est inhumée Élisabeth Turgeon. En plus de l’impact que cet événement aura du point de vue religieux, la béatification de la fondatrice des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire sera aussi un événement qui aura des retombées majeures pour la ville de Rimouski et la région. Ce sera également un rappel de notre histoire collective et du rôle majeur que joue cette congrégation depuis 140 ans dans le domaine de l’éducation.

Une semaine de festivités

Rimouski accueillera des gens de partout au Canada et même d’autres pays du 19 au 27 avril, alors que diverses activités se dérouleront sous le signe de la fête : célébrations, inauguration de l’Espace Élisabeth-Turgeon au Musée régional, à l’endroit même où a vécu la fondatrice et ses compagnes à partir de 1876, journées de prières, activités avec des jeunes, concert en hommage à Élisabeth Turgeon, messe solennelle et, bien sûr, la célébration de la béatification qui sera présidée par le légat papal, le cardinal Angelo Amato, le dimanche 26 avril, à 14 h 30, à l’église de Saint-Robert. Plus de 1 500 personnes seront accueillies dans la nef et le sous-sol de l’église (diffusion en direct sur écran géant). La diffusion sera également assurée dans la chapelle de la maison-mère et accessible au monde entier via le site Internet de la congrégation. C’est d’ailleurs Jacques Landry, de PQM, qui a créé le site qui contient une impressionnante documentation sur Élisabeth Turgeon et l’histoire des Sœurs du Saint-Rosaire.

26 années de travail

La communauté n’a pas compté ses efforts depuis 26 ans pour faire reconnaître la vénérabilité, puis de permettre la béatification d’Élisabeth Turgeon. Un dossier de plus de 900 pages a été préparé. Recherches, témoignages et finalement, la reconnaissance d’un miracle par plusieurs médecins ont permis d’acheminer le dossier étoffé à Rome. Il en aura fallu des étapes et du temps, mais les religieuses, en particulier la vice-postulatrice, Sœur Rita Bérubé, n’ont jamais perdu espoir. Élisabeth Turgeon a été reconnue vénérable et pour la congrégation, la béatification sera une très grande fête.

Une pionnière et une femme de courage

Originaire de la région de Québec, Élisabeth Turgeon a été appelée par Mgr Jean Langevin pour former des institutrices. Au milieu du 19e siècle, l’Est du Québec manquait cruellement d’institutrices qualifiées et la mission d’Élisabeth Turgeon et de ses compagnes dépassait largement les frontières de Rimouski puisqu’elles devaient enseigner dans les paroisses plus éloignées. La misère était souvent au rendez-vous. C’est aussi pour assurer la pérennité de cette mission qu’Élisabeth Turgeon a fondé sa propre congrégation entièrement tournée vers l’éducation des jeunes, particulièrement des moins favorisés sur le plan économique.

Béatification d'Élisabeth Turgeon: Rimouski accueillera des milliers de visiteurs

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 16 mars 2015

Plus de 3 000 personnes sont attendues à Rimouski, le 26 avril, pour assister à l’un des événements religieux les plus importants de l’histoire du Québec : la béatification d’Élisabeth Turgeon.

Cet événement sera une première pour l’Église catholique puisque ce sera la première fois qu’une cérémonie de béatification se déroulera à l’extérieur de Rome, à l’endroit même où a vécu et où est inhumée Élisabeth Turgeon. En plus de l’impact que cet événement aura du point de vue religieux, la béatification de la fondatrice des Sœurs de Notre-Dame du Saint-Rosaire sera aussi un événement qui aura des retombées majeures pour la ville de Rimouski et la région. Ce sera également un rappel de notre histoire collective et du rôle majeur que joue cette congrégation depuis 140 ans dans le domaine de l’éducation.

Une semaine de festivités

Rimouski accueillera des gens de partout au Canada et même d’autres pays du 19 au 27 avril, alors que diverses activités se dérouleront sous le signe de la fête : célébrations, inauguration de l’Espace Élisabeth-Turgeon au Musée régional, à l’endroit même où a vécu la fondatrice et ses compagnes à partir de 1876, journées de prières, activités avec des jeunes, concert en hommage à Élisabeth Turgeon, messe solennelle et, bien sûr, la célébration de la béatification qui sera présidée par le légat papal, le cardinal Angelo Amato, le dimanche 26 avril, à 14 h 30, à l’église de Saint-Robert. Plus de 1 500 personnes seront accueillies dans la nef et le sous-sol de l’église (diffusion en direct sur écran géant). La diffusion sera également assurée dans la chapelle de la maison-mère et accessible au monde entier via le site Internet de la congrégation. C’est d’ailleurs Jacques Landry, de PQM, qui a créé le site qui contient une impressionnante documentation sur Élisabeth Turgeon et l’histoire des Sœurs du Saint-Rosaire.

26 années de travail

La communauté n’a pas compté ses efforts depuis 26 ans pour faire reconnaître la vénérabilité, puis de permettre la béatification d’Élisabeth Turgeon. Un dossier de plus de 900 pages a été préparé. Recherches, témoignages et finalement, la reconnaissance d’un miracle par plusieurs médecins ont permis d’acheminer le dossier étoffé à Rome. Il en aura fallu des étapes et du temps, mais les religieuses, en particulier la vice-postulatrice, Sœur Rita Bérubé, n’ont jamais perdu espoir. Élisabeth Turgeon a été reconnue vénérable et pour la congrégation, la béatification sera une très grande fête.

Une pionnière et une femme de courage

Originaire de la région de Québec, Élisabeth Turgeon a été appelée par Mgr Jean Langevin pour former des institutrices. Au milieu du 19e siècle, l’Est du Québec manquait cruellement d’institutrices qualifiées et la mission d’Élisabeth Turgeon et de ses compagnes dépassait largement les frontières de Rimouski puisqu’elles devaient enseigner dans les paroisses plus éloignées. La misère était souvent au rendez-vous. C’est aussi pour assurer la pérennité de cette mission qu’Élisabeth Turgeon a fondé sa propre congrégation entièrement tournée vers l’éducation des jeunes, particulièrement des moins favorisés sur le plan économique.