Autre déversement d'essence à Rimouski-Est

Pierre Michaud pierre.michaud@tc.tc
Publié le 11 avril 2015

Un léger déversement d'essence s'est produit dans le district de Rimouski-Est, samedi après-midi, à Rimouski. Les pompiers du Service de protection contre l'incendie de la Ville de Rimouski ont été alertés vers 14 h qu'il y avait eu un déversement d'essence diésel dans le secteur des rues Lebrun et Saint-Germain Est vers 14 h.

''C'était un appel pour un déversement mineur de diésel. C'est un camion citerne qui revenait du terminal pétrolier de Suncor qui a eu un bris mécanique. Ce bris a causé un léger déversement de diésel. La première équipe qui s'est présentée sur les lieux a scellé les ''manholes'' (trous d'homme) afin qu'il n'y ait pas de contamination d'essence dans le réseau d'égout municipal. Nous sommes en train d'étendre des produits absorbants. Les résidus sont récupérés par un ''vacuum''. On parle de quelques litres d'essence '', indique le chef de district Michel Brillant, du Service de protection contre l'incendie de Rimouski.

''Le camion est sorti du terminal de Suncor après avoir rempli son réservoir et réglé ses formalités. Il est resté ''jammé'' pas loin. Ils ont levé le capot et essayé de travailler sur le moteur. Ils ont semblé comprendre que c'était plus important que prévu. J'ai tout regardé ça, j'ai quitté mon logement et je suis revenu. J'ai vu les pompiers et je me suis dit: ''C'est plus important que prévu''. J'"ai parlé à un gars de l'environnement qui s'inquiétait à savoir si ça s'était écoulé dans les tuyaux. Les camions qu'on vient de voir passer, c'est pour pomper quelque chose, c'est sûr. Ça arrive de plus en plus souvent. '', a ajouté un résident de Rimouski-Est, Yohann Morneau.

 Un groupe de citoyens de Rimousk-Est déplore régulièrement l'insécurité que causent les installations pétrolières de Suncor.''Il est plus que temps que ça arrête. La Ville de Rimouski est complètement indifférente a nos multiples plaintes. Elle ne semble avoir aucune considération pour les résidents du secteur '', dit l'un d'entre eux, Jacques Saint-Pierre.