Selon Thomas Mulcair, les Conservateurs font mal à la science et à l’environnement

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 14 avril 2015

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, à l’Hôtel Rimouski.

©Photo TC Media - Thérèse Martin

Dans le cadre d’une tournée de trois jours dans l’Est-du-Québec, le chef du Nouveau parti démocratique du Canada, Thomas Mulcair, déclare que le gouvernement conservateur est contre la science et que la destruction de livres de l’Institut Maurice-Lamontagne l’a prouvé.

« Ça fait plus de 35 ans que je suis en politique et l’une des choses les plus désolantes que j’ai vues dans ma vie, c’est une photo prise par un employé d’un conteneur plein de livres en train d’être détruits par les Conservateurs de Stephen Harper. C’est du jamais vu un gouvernement anti-science et qui met ça à exécution en détruisant les livres. »

Dans le but de renforcer l’idée que la science est importante, Thomas Mulcair a visité plusieurs centres de recherches, à Rimouski, lors de sa tournée régionale, dont l’Institut des sciences de la mer.

En précampagne électorale

En vue des prochaines élections du 19 octobre 2015, Thomas Mulcair se dit confiant de voir son parti performer au Québec. « Les députés du NPD qui ont été élus en 2011 ont eu le temps de bien s’enraciner dans leur milieu et d’avoir des associations bien vivantes. Dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron est un bon représentant de son milieu, il comprend bien les enjeux et représente si bien ses gens. Par ailleurs, Philip Toone est extrêmement bien implanté en Gaspésie. C’est un homme travaillant et de confiance. Le comté d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia sera en jeu pour la prochaine campagne et nous avons bon espoir d’aller ravir cette circonscription. François Lapointe travaille aussi très fort dans son comté. Les sondages indiquent que le NPD conserve une bonne longueur d’avance chez les Québécois francophones. »

Le port pétrolier

Thomas Mulcair considère que le dossier du port pétrolier a été bâclé depuis le début par le promoteur, TransCanada. « Et rappelons que les Libéraux et les Conservateurs ont voté en faveur du développement d’un port pétrolier en pleine pouponnière de bélugas à Cacouna. Nous, nous avons proposé une motion à la Chambre des communes pour interdire cette construction. Toute personne qui veut prétendre représenter cette région pour les Libéraux va être obligée d’expliquer le vote de son parti. »

Sa priorité : battre les Conservateurs

Thomas Mulcair précise que sa première priorité, c’est de battre les Conservateurs aux prochaines élections et implicitement, il n’écarte pas la possibilité d’une alliance avec les Libéraux. « Les Conservateurs sont en train de nous faire très mal, notamment dans le domaine de la santé. À l’international, ils nous font honte. En matière d’économie, ils laisseront une dette aux générations futures et en environnement, c’est un bilan tellement triste ! Stephen Harper a éviscéré un ensemble de lois environnementales et aucun projet ne voit le jour. »

Selon Thomas Mulcair, les Conservateurs font mal à la science et à l’environnement

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc Publié le 14 avril 2015

Le chef du NPD, Thomas Mulcair, à l’Hôtel Rimouski.

©Photo TC Media - Thérèse Martin


Dans le cadre d’une tournée de trois jours dans l’Est-du-Québec, le chef du Nouveau parti démocratique du Canada, Thomas Mulcair, déclare que le gouvernement conservateur est contre la science et que la destruction de livres de l’Institut Maurice-Lamontagne l’a prouvé.

« Ça fait plus de 35 ans que je suis en politique et l’une des choses les plus désolantes que j’ai vues dans ma vie, c’est une photo prise par un employé d’un conteneur plein de livres en train d’être détruits par les Conservateurs de Stephen Harper. C’est du jamais vu un gouvernement anti-science et qui met ça à exécution en détruisant les livres. »

Dans le but de renforcer l’idée que la science est importante, Thomas Mulcair a visité plusieurs centres de recherches, à Rimouski, lors de sa tournée régionale, dont l’Institut des sciences de la mer.

En précampagne électorale

En vue des prochaines élections du 19 octobre 2015, Thomas Mulcair se dit confiant de voir son parti performer au Québec. « Les députés du NPD qui ont été élus en 2011 ont eu le temps de bien s’enraciner dans leur milieu et d’avoir des associations bien vivantes. Dans Rimouski-Neigette-Témiscouata-Les Basques, Guy Caron est un bon représentant de son milieu, il comprend bien les enjeux et représente si bien ses gens. Par ailleurs, Philip Toone est extrêmement bien implanté en Gaspésie. C’est un homme travaillant et de confiance. Le comté d’Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia sera en jeu pour la prochaine campagne et nous avons bon espoir d’aller ravir cette circonscription. François Lapointe travaille aussi très fort dans son comté. Les sondages indiquent que le NPD conserve une bonne longueur d’avance chez les Québécois francophones. »

Le port pétrolier

Thomas Mulcair considère que le dossier du port pétrolier a été bâclé depuis le début par le promoteur, TransCanada. « Et rappelons que les Libéraux et les Conservateurs ont voté en faveur du développement d’un port pétrolier en pleine pouponnière de bélugas à Cacouna. Nous, nous avons proposé une motion à la Chambre des communes pour interdire cette construction. Toute personne qui veut prétendre représenter cette région pour les Libéraux va être obligée d’expliquer le vote de son parti. »

Sa priorité : battre les Conservateurs

Thomas Mulcair précise que sa première priorité, c’est de battre les Conservateurs aux prochaines élections et implicitement, il n’écarte pas la possibilité d’une alliance avec les Libéraux. « Les Conservateurs sont en train de nous faire très mal, notamment dans le domaine de la santé. À l’international, ils nous font honte. En matière d’économie, ils laisseront une dette aux générations futures et en environnement, c’est un bilan tellement triste ! Stephen Harper a éviscéré un ensemble de lois environnementales et aucun projet ne voit le jour. »