Coupures à la CS des Phares: les syndicats demandent aux parents de réagir

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 22 juin 2015

Martine Cliche et Marthe Leclerc.

©Photo TC Media - Thérèse Martin

Les syndicats du personnel professionnel et des enseignants s’insurgent à la fois contre les coupures du gouvernement et les solutions proposées par la Commission scolaire des Phares.

Jeudi, la Commission scolaire des Phares présentera à la presse le changement organisationnel qu’elle propose pour faire face aux compressions budgétaires et retrouver l’équilibre. Mis au courant de ce plan, le Syndicat des professionnels de l’éducation du Bas-Saint-Laurent et le Syndicat de l’enseignement de la région de La Mitis (SERM) déclarent que les solutions proposées vont amener une réduction de services pour les élèves en difficulté.

Selon les syndicats, 11 postes liés à des services directs aux élèves seront abolis en deux ans. « Essentiellement, il s’agit d’orthopédagogues et de psychoéducatrices qui travaillent directement et de façon personnalisée avec les élèves en difficulté », explique la vice-présidente du Syndicat des professionnels, Marthe Leclerc.

Elle ajoute que ces professionnelles verront le nombre d’écoles à couvrir doubler. « Elles n’auront plus le temps de rencontrer directement les élèves pour un suivi. »

Une tâche alourdie pour les enseignants

Considérant les compressions gouvernementales, la présidente du SERM, Martine Cliche, affirme que « l’urgence est créée de toutes pièces et que les coupures auront des impacts particulièrement sur les jeunes en difficulté. » Elle estime à un peu plus de 10 % la proportion d’élèves qui ont des difficultés à l’école.

« À l’analyse des besoins en personnel à la CS des Phares, on dénombre cinq fermetures de classes spécialisées, tant au primaire qu’au secondaire, ainsi que de cinq classes de soutien au secondaire. » Madame Cliche ajoute que plusieurs parmi les élèves en difficulté se retrouveront en classe régulière et qu'ils ne pourront pas bénéficier d’un soutien particulier. « On demandera au personnel enseignant, encore une fois, de répondre aux besoins de tous les élèves sans aide. »

Les syndicats demandent aux parents et à la population de questionner la Commission scolaire des Phares sur ses choix.