La coopérative Alimentation La Régionale officiellement fondée

Publié le 27 janvier 2016

À Mont-Joli, l'épicerie Sénéchal, une épicerie de quartier qui compte plus de 50 ans d'âge, a été achetée par Sarah Moisan de l'Épicerie mobile, une autre formule qui permet de desservir les petites municipalités.

©Photo TC Media - Sonia Lévesque/Archives

AVEC DEUX JOUEURS EN MOINS. Le projet de coopérative alimentaire a franchi une étape de plus, mardi, avec l'assemblée de fondation d'Alimentation La Régionale – coopérative de solidarité.

Mise sur pied pour doter les communautés rurales d'une petite épicerie ou d'un dépanneur, la coopérative doit toutefois composer avec deux joueurs en moins. Saint-Valérien et Saint-Marcellin se sont retirées du projet, qui devait réunir initialement cinq points de services : trois dans La Mitis et deux dans Rimouski-Neigette.

Dans La Mitis, Saint-Charles-Garnier a remplacé Padoue parmi les municipalités participantes qui comptent aussi Saint-Donat et Saint-Octave-de-Métis.

« C'est l'essoufflement des bénévoles ou l'arrivée de promoteurs privés qui expliquent le retrait de municipalités. Nous ne voulons pas nous substituer au privé, et lorsqu'un promoteur est intéressé, nous lui laissons le champ libre » souligne Maxime Dubé, administrateur d'Alimentation La Régionale.

« La coopérative demeure ouverte à toutes les municipalités qui voudraient y adhérer. Notre but est de rendre accessibles à la population des services de qualité et de proximité, et la formule coopérative permet l'intégration d'autres points de services » poursuit Maxime Dubé.

Après avoir sondé les intentions d'adhésion, les administrateurs interrogeront au cours des prochaines semaines les intentions de consommation de leurs concitoyens.

À Saint-Octave-de-Métis, par exemple, 80 % des foyers se sont montrés intéressés à devenir membres de la coopérative. La prochaine étape consistera à mesurer les besoins de leurs occupants, leur éventuel taux de fréquentation et la quantité d'achat.

Dans une perspective positive, des améliorations locatives sont prévues dans les endroits où seraient aménagés les points de services. À Saint-Octave-de-Métis, on projette l'ouverture d'un dépanneur avec café-bistro et bibliothèque municipale, qui seraient logés dans le centre communautaire Chanoine-Michaud (ancien presbytère). L'arrivée de ce nouveau locataire impliquerait le déménagement du bureau municipal. La Municipalité est actuellement en négociation pour se reloger ailleurs.

À Saint-Donat, on utiliserait les anciens locaux laissés vacants par l'ancienne Épicerie Couture. À Saint-Charles-Garnier, la volonté des administrateurs est d'ouvrir un dépanneur dans le sous-sol du centre communautaire.

Alimentation La Régionale compte sur les parts sociales (120 $ par foyer) et de soutien (25 $) ainsi que la voie traditionnelle (emprunt) pour financer son projet.

Le conseil d'administration est composé de sept personnes dont deux représentants par points de services en plus d'un membre soutien (poste à combler). Il s'agit de Maxime Dubé et Nathalie Michaud pour Saint-Octave-de-Métis; Marie-Pierre Saint-Onge et Jean-François Ouellet pour Saint-Donat; et Nancy Pineault et Igor-Pierre Antoine pour Saint-Charles-Garnier.