Idée novatrice pour financer la recherche sur la sclérose en plaques

Charles Lepage charles.lepage@tc.tc
Publié le 18 octobre 2016

Carl Bérubé, restaurateur, Chantal Joubert, présidente de la section locale, Geoffrey Molle, directeur régional, Sabrina Charest, infirmière et Marie-Ève Michaud, coordonnatrice au financement.

©Photo TC Media – Charles Lepage

SUSHIS PASTAS ET VINS. Même si les progrès de la recherche ont permis de ralentir l’évolution de la sclérose en plaques chez certains patients, rien n’est entièrement gagné. Le financement des services aux personnes atteintes et la recherche médicale se font grâce à des formules originales de collecte de fonds, tel le projet « Nourris d’eSPoir ».

Un grand projet qui fera sûrement des petits. Geoffrey Molle, directeur régional

SUSHIS PASTAS ET VINS. Même si les progrès de la recherche ont permis de ralentir l’évolution de la sclérose en plaques chez certains patients, rien n’est entièrement gagné. Le financement des services aux personnes atteintes et la recherche médicale se font grâce à des formules originales de collecte de fonds, tel le projet « Nourris d’eSPoir ».

Le Canada est le pays où la prévalence de la SP est la plus élevée au monde (291 cas par 100 000 habitants – États-Unis : 135). Plus on s’éloigne de l’équateur, plus la prévalence de SP augmente. Ce qui laisse penser aux chercheurs que la carence en vitamine D (la « vitamine soleil ») pourrait être l’une des causes de la SP.

« À l’initiative de la section Bas-Saint-Laurent de la SP, un partenariat vient d’être conclu avec quatre restaurants rimouskois pour une période de trois mois. Ces partenaires permettront à la population de participer au financement de la Société canadienne de la SP par le biais de mets et vins dans divers restaurants », confirme Marie-Ève Michaud, coordonnatrice aux activités de financement.

À l’achat du « Maki eSPoir » à l’Unique sushi-bar ou en choisissant les pâtes eSPoir au Café et Bistro St-Louis tout comme le choix de l’un des deux vins identifiés SP dans ces établissements, 1 $ sera versé pour chacun de ces produits à la section Bas-Saint-Laurent de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Valide du 17 octobre au 17 janvier 2017.
Photo TC Media – Charles Lepage

Ainsi, un sushi nommé « eSPoir » s’ajoutera au menu de l’Unique sushi et des pâtes « eSPoir » sur le menu du Café & Bistro St-Louis. Pour la même période, d’octobre à janvier, le logo SP sera apposé à côté d’un vin rouge et d’un vin blanc sélectionnés sur la carte des vins de l’Unique Thaï, du Sens Unique, de l’Unique Sushi et du Café & Bistro St-Louis. Sur ces produits, 1 $ sera versé à la section Bas-St-Laurent de la Société de la SP. Propriétaire de ces établissements, Carl Bérubé souhaite d’ailleurs que d’autres restaurateurs s’impliquent dans ce projet novateur et contribuent ainsi à cette cause.

Ces produits « eSPoir » ajoutés aux menus des restaurants impliqués respectent quatre critères proposés par l’ambassadrice du projet « Nourris d’eSPoir », Lyne Morissette. « Le sushi et les pâtes « eSPoir » sont faits de produits régionaux, de produits durables, de la couleur rouge et ayant une haute teneur en vitamine D. Ils sont en lien avec la cause et la maladie tant pour la couleur qu’avec les ingrédients. »

Sabrina Charest est infirmière à la Clinique de la sclérose en plaques à Rimouski. « Après dix ans de démarches, cette clinique a vu le jour en 2013. Depuis moins d’un mois, une infirmière y est affectée deux jours par semaine. Près de 350 patients provenant du Bas-St-Laurent et de la Gaspésie ont recours aux services de la clinique de la SP de Rimouski, sans compter d’autres personnes du même secteur qui fréquentent les cliniques de Rivière-du-Loup (320) et Lévis. »

Enfin, mentionnons que le choix du thème « Nourris d’eSPoir » est d’autant plus pertinent puisque depuis 1997, la recherche sur la sclérose en plaques a grandement évolué. « Aujourd’hui, la qualité de vie des gens atteints de sclérose (moins de cinq ans) s’est grandement améliorée. Ils font moins de « poussées », correspondant à l'apparition de nouveaux symptômes ou l'aggravation de symptômes déjà existants. Lorsque détectées à temps, les personnes qui terminent leurs jours en fauteuil roulant en raison d’une invalidité importante se font de plus en plus rares », commente Mme Charest.   

Pour plus de renseignements : www.scleroseenplaques.ca

Les pâtes « eSPoir » seront offertes sur le menu du Café & Bistro St-Louis.

©Photo gracieuseté