Bien manger pour être de bonne humeur

Adeline Mantyk adeline.mantyk@tc.tc Publié le 13 février 2016

Geneviève Rioux, membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, prodigue ses conseils en nutrition à Rimouski.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

SUPERALIMENTS. Avec la grisaille qui court et le temps sombre, une mauvaise humeur ambiante se fait sentir au sein de la population dans la région, pour pallier à cette morosité, une nutritionniste donne quelques conseils faciles à appliquer au quotidien.

Pour lutter contre la mauvaise humeur, nous avons plusieurs armes, à commencer par bouger et faire du sport, ce qui permet au corps de sécréter davantage de sérotonine, l’hormone du bonheur et de dopamine, l’hormone du plaisir. Certains aliments peuvent également favoriser la sécrétion de ces hormones dans notre corps, et donc nous redonner le sourire », précise Geneviève Rioux, nutritionniste-diététiste chez Nutrisimple depuis janvier installé à Rimouski.

La nutritionniste originaire de Trois-Pistoles préconise une alimentation variée et équilibrée, mais pointe plusieurs aliments à intégrer plus souvent dans l’alimentation : « Il y a 20 aliments avec lesquels on peut faire diverses recettes, qui aident à la sécrétion de ces hormones de la bonne humeur, entre autres : betterave, asperge, graine de tournesol et de citrouille, sardine, saumon, banane ou chocolat noir. Un livre écrit par les diététistes Marise Charron et Elizabeth Cerqueira, Superaliments bonheur : pour garder le sourire et être de bonne humeur, comporte des recettes basées sur ces aliments et des trucs pour la conservation et la cuisson.

Mme Rioux donne quelques autres trucs pour améliorer son humeur : avoir des habitudes de sommeil régulières, ne pas sauter de repas pour garder son taux de sucre constant, cuisiner soi-même pour contrôler le sel et le gras, écouter les signes de faim et de satiété de son corps.

Informations : rioux.genevieve@nutrisimple.com

L’accent sur les poissons gras

Geneviève Rioux lance un défi à tous pour les prochaines semaines d’hiver : tenter de manger deux à trois fois par semaine un poisson gras, saumon, truite ou sardine : « Ils contiennent beaucoup d’Omega 3, qui aident à prévenir les états dépressifs légers et la morosité », explique Mme Rioux. « Nous manquons de soleil, donc de vitamine D, je conseille le consommer des aliments riches en vitamine D comme ces poissons, les œufs, le lait enrichi en vitamine D. »

S’il n’est pas possible de consommer des poissons frais, Mme Rioux fait observer que les poissons en conserve sont aussi nutritifs que les poissons frais, il faut seulement choisir ceux qui sont dans l’eau et non dans l’huile : « Sinon, on peut opter pour des compléments en Oméga 3 d’origine marine, frappés de la mention EPA ou DHA. »

Bien manger pour être de bonne humeur

Adeline Mantyk adeline.mantyk@tc.tc Publié le 13 février 2016

Geneviève Rioux, membre de l’Ordre professionnel des diététistes du Québec, prodigue ses conseils en nutrition à Rimouski.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk


SUPERALIMENTS. Avec la grisaille qui court et le temps sombre, une mauvaise humeur ambiante se fait sentir au sein de la population dans la région, pour pallier à cette morosité, une nutritionniste donne quelques conseils faciles à appliquer au quotidien.

Pour lutter contre la mauvaise humeur, nous avons plusieurs armes, à commencer par bouger et faire du sport, ce qui permet au corps de sécréter davantage de sérotonine, l’hormone du bonheur et de dopamine, l’hormone du plaisir. Certains aliments peuvent également favoriser la sécrétion de ces hormones dans notre corps, et donc nous redonner le sourire », précise Geneviève Rioux, nutritionniste-diététiste chez Nutrisimple depuis janvier installé à Rimouski.

La nutritionniste originaire de Trois-Pistoles préconise une alimentation variée et équilibrée, mais pointe plusieurs aliments à intégrer plus souvent dans l’alimentation : « Il y a 20 aliments avec lesquels on peut faire diverses recettes, qui aident à la sécrétion de ces hormones de la bonne humeur, entre autres : betterave, asperge, graine de tournesol et de citrouille, sardine, saumon, banane ou chocolat noir. Un livre écrit par les diététistes Marise Charron et Elizabeth Cerqueira, Superaliments bonheur : pour garder le sourire et être de bonne humeur, comporte des recettes basées sur ces aliments et des trucs pour la conservation et la cuisson.

Mme Rioux donne quelques autres trucs pour améliorer son humeur : avoir des habitudes de sommeil régulières, ne pas sauter de repas pour garder son taux de sucre constant, cuisiner soi-même pour contrôler le sel et le gras, écouter les signes de faim et de satiété de son corps.

Informations : rioux.genevieve@nutrisimple.com

L’accent sur les poissons gras

Geneviève Rioux lance un défi à tous pour les prochaines semaines d’hiver : tenter de manger deux à trois fois par semaine un poisson gras, saumon, truite ou sardine : « Ils contiennent beaucoup d’Omega 3, qui aident à prévenir les états dépressifs légers et la morosité », explique Mme Rioux. « Nous manquons de soleil, donc de vitamine D, je conseille le consommer des aliments riches en vitamine D comme ces poissons, les œufs, le lait enrichi en vitamine D. »

S’il n’est pas possible de consommer des poissons frais, Mme Rioux fait observer que les poissons en conserve sont aussi nutritifs que les poissons frais, il faut seulement choisir ceux qui sont dans l’eau et non dans l’huile : « Sinon, on peut opter pour des compléments en Oméga 3 d’origine marine, frappés de la mention EPA ou DHA. »