Jean-François Lisée fait des gains dans le comté de Pascal Bérubé

Publié le 8 septembre 2016

André Morin, maire de Grosses-Roches, Danielle Doyer, mairesse de Mont-Joli, Francine Héon, présidente du Bloc québécois d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia, et Florent Morin, président du Parti quévécois de Matane-Matapédia.

©Photo TC Media - Sonia Lévesque

CHEFFERIE DU PQ. Les associations du Parti québécois de Matane-Matapédia et du Bloc québécois d'Avignon-La Mitis-Matane-Matapédia se rangent majoritairement derrière la candidature de Jean-François Lisée qu'appuient également les maires de Mont-Joli et de Grosses-Roches dans l'actuelle course à la chefferie du Parti québécois.

« C'est l'homme de la situation pour chasser les libéraux du pouvoir. On pense qu'il a une approche très réaliste de la situation concernant l'indépendance du Québec » a indiqué d'entrée de jeu le président de l'association péquiste, Florent Morin, en conférence de presse, ajourd'hui, à Mont-Joli.

« Il ose dire la vérité référendaire » a enchaîné la présidente du conseil exécutif du Bloc québécois dont cinq des neuf membres se sont déjà prononcés pour M. Lisée. « Refaire une élection comme en 2014 où on est dans un flou référendaire, c'est peut-être de s'en aller vers un non. On a déjà perdu deux référendums, ce serait le temps qu'on gagne le troisième » estime Francine Héon.

La mairesse de Mont-Joli et ex-députée de Matapédia, Danielle Doyer, admet avoir hésité un temps entre l'ex-candidate Véronique Hivon et Jean-François Lisée, qui s'est engagé à ne pas faire de référendum dans un éventuel premier mandat péquiste.

« Si on ne prend pas le pouvoir en 2018, à quoi ça sert de débattre entre nous. Actuellement ce sont les membres qui se prononcent mais en 2018 ce sont les citoyens du Québec qui vont aller voter. Avec qui on va avoir le plus de chances de prendre le pouvoir ? Ma réponse est Jean-François Lisée » croit la mairesse Danielle Doyer qui a décrit le député de Rosemont « comme une personne d'une grande intelligence, capable de rechercher les meilleures solutions à des problèmes complexes. C'est quelqu'un d'abordable qui a cette capacité d'entrer en relation avec les citoyens » ajoutait la mairesse Doyer.

Le maire de Grosses-Roches et ex-président de l'association péquiste du comté, André Morin, estime « qu'il faut changer profondément notre approche de l'indépendance. Ce n'est pas juste un moment où on va voter oui ou non, c'est un pays qu'on veut faire, un pays qui dure, qui repose sur un vote solide » a fait valoir M. Morin en invitant les autres candidats dans la course à la chefferie à se ranger derrière Jean-François Lisée.

Cette sortie presque unanime des deux associations politiques n'implique pas le député Pascal Bérubé, a tenu à préciser Florent Morin, en rappelant que M. Bérubé avait choisi de rester neutre dans la présente course.

Les membres du PQ, au nombre de 2000 dans Matane-Matapédia, sont appelés à choisir leur chef du 5 au 7 octobre, date à laquelle sera connu le successeur de Pierre Karl Péladeau.