« Le gouvernement s'acharne à appauvrir les aînés » - Maurice Dupont, Réseau FADOQ


Publié le 15 février 2017

Maurice Dupont, président du Réseau FADOQ.

©Photo gracieuseté FADOQ

FISCALITÉ. Des organismes d'aînés dont l'Association des retraitées et retraités de l'éducation et des autres services publics du Québec (AREQ) et le Réseau FADOQ, tous les deux présents au Bas-Saint-Laurent et en Gaspésie, demandent à Québec de revenir sur sa décision d'hausser à 66 ans l'âge admissible au crédit d'impôt en raison de l'âge.

D'ici cinq ans, quelque 500 000 personnes seront privées de cette mesure accordée depuis 1972 aux personnes âgées de 65 ans ou plus, selon le regroupement d'aînés.

Pour l'année d'imposition 2016, l'âge d'admissibilité au crédit d'impôt accordé en raison de l'âge passe de 65 ans à 66 ans. Le plan du gouvernement prévoit une hausse graduelle de l'âge d'admissibilité au crédit d'impôt jusqu'en 2020. Chaque année, un peu plus de 100 000 personnes atteignent le cap des 65 ans.

« Par toutes sortes de mesures fiscales, le gouvernement s'acharne à appauvrir les aînés en pigeant directement dans leurs poches. Il ne cache même plus son intention première, qui est de repousser l'âge de la retraite. Il continue ainsi à creuser le fossé qui sépare de plus en plus les retraités québécois de ceux du reste du Canada », dénonce Maurice Dupont, président du Réseau FADOQ, dans un communiqué conjoint.

Par ailleurs, le gouvernement soutient que les économies qui découleront de ces coupes du crédit d'impôt seront entièrement utilisées pour financer la bonification de l'incitation au travail à l'égard des travailleurs d'expérience. L'objectif du gouvernement est donc de retirer un crédit d'impôt qui aidait des aînés en situation de vulnérabilité pour inciter ces derniers à retourner au travail.

« Il s'agit d'une mesure régressive et choquante. Le gouvernement s'imagine-t-il que tous les aînés en situation de vulnérabilité seront aptes à retourner au travail? Si c'est le cas, nos élus sont terriblement déconnectés de la réalité », est d'avis le président de l'AREQ, Pierre-Paul Côté.

Les quatre principaux organismes d'aînés du Québec, parmi lesquels figurent l'Association québécoise de défense des droits des personnes retraitées et préretraitées (AQDR) et l'Association québécoise des retraité(e)s des secteurs public et parapublic (AQRP), invitent Québec à s'inspirer du ministre fédéral Jean-Yves Duclos, qui a décidé de ne pas hausser l'âge de la retraite.