Des citoyens de Sainte-Luce exaspérés par l'état de leurs rues


Publié le 23 mars 2017

Pour illustrer l'étroitesse des rues, Denis Lavoie a marqué d'une ligne l'espace occupé par la neige.

©Photo gracieuseté

DÉNEIGEMENT. Des citoyens de Sainte-Luce qualifient de lamentable l'état des routes de leur municipalité.

« C'est une situation qui se répète année après année mais cet hiver, avec les bonnes accumulations de neige qu'on a reçues, l'entretien de nos rues laisse vraiment à désirer » a écrit Denis Lavoie sur sa page Facebook. Son commentaire en a généré plusieurs autres de citoyens mécontents.

Dans les rues, il y a trois, quatre pouces de glace et dans les jours qui ont suivi la tempête (15 mars), les trottoirs du 2e rang, dans le village de Luceville, n'étaient pas praticables. Les enfants marchaient dans la rue.

Denis Lavoie

En entrevue, M. Lavoie souligne que la situation est vécue également que l'on soit dans le secteur de Luceville ou celui de Sainte-Luce à l'exception de la Promenade, qui est dégagée. « Entre l'entretien de leur rue ou la Promenade, les gens vont choisir leur rue » souligne M. Lavoie. « Dans les rues, il y a trois, quatre pouces de glace et dans les jours qui ont suivi la tempête (15 mars), les trottoirs du 2e rang, dans le village de Luceville, n'étaient pas praticables. Les enfants marchaient dans la rue. C'est complètement aberrant » dénonce Denis Lavoie.

Il poursuit : « Deux voitures ne peuvent plus se rencontrer. Les bancs de neige prennent presque l'entièreté de la rue, dit-il. Une semaine après la tempête, ce n'est pas acceptable » poursuit le citoyen. « On a de l'équipement, on a des employés, est-ce le choix de priorités qui n'est pas là ? Les compétences ? » questionne le citoyen.

En réaction à cette sortie, le directeur général de la Municipalité, Jean Robidoux, mentionne : « Il faut comprendre qu'on a eu la plus grosse tempête de l'hiver. Il y a quelques rues, situées dans les secteurs plus venteux, où il y avait une plus grande accumulation de neige, les rues étaient plus étroites. On a eu des bris de machinerie et on a dû embaucher un privé qui a aussi eu des bris » explique-t-il. « On a procédé à l'ouverture des rues mais pas à l'élargissement » ajoute le directeur général, en assurant que les trottoirs de la rue Principale (2e rang) du secteur de Luceville ont été déblayés depuis la tempête.