Depuis six mois, 18 personnes ont réclamé l'aide médicale à mourir au Bas-Saint-Laurent


Publié le 16 juin 2017

Les établissements de santé doivent soumettre un rapport à chaque six mois pour témoigner de l'offre de service en soins palliatifs dans l'ensemble des missions des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS).

©Déposit photo

ÉTABLISSEMENTS. Depuis décembre, 18 personnes ont réclamé l'aide médicale à mourir au Bas-Saint-Laurent.

Sur ce nombre, 14 ont vu leur demande acceptée. Quatre demandes ont été refusées parce que les personnes sont devenues inaptes entre-temps. Légalement, elles ne pouvaient plus consentir à obtenir le soin.

Les établissements de santé doivent soumettre un rapport à chaque six mois pour témoigner de l'offre de service en soins palliatifs dans l'ensemble des missions des centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS), mais également des nouveaux soins qui sont encadrés par la loi, qu'il s'agisse d'aide médicale à mourir et de sédation palliative.

« Ces données sont à notre portée, mais en même temps on fait toujours attention parce que c'est le respect du choix de la personne. Pour des conditions comparables, une personne peut décider d'aller en maison de soins palliatifs, ou encore décider de décéder à domicile, ce sont des choix très personnels. Au même titre que pour les personnes qui bénéficient de l'aide médicale à mourir, on se garde une grande réserve pour dire où ça s'est passé » soulignait Isabelle Malo, présidente-directrice générale du CISSS du Bas-Saint-Laurent,  en séance publique, jeudi à Mont-Joli.

Du 9 décembre au 9 juin, pour l'ensemble des missions du CISSS, 301 personnes ont reçu des soins palliatifs en centre hospitalier, 137 en centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD), 427 à domicile et 117  en maisons de soins palliatifs, au nombre de deux au Bas-Saint-Laurent (Rimouski et Rivière-du-Loup).

Il faut préciser qu'une même personne peut avoir reçu des soins à domicile et en maison de soins palliatifs ou en centre hospitalier.