Sections

Marc Parent veut mettre sur pied un comité des arts et de la culture


Publié le 12 octobre 2017

Marc Parent a tenu une conférence de presse sur ses oreintations en art et culture devant le Trimural, une oeuvre, une œuvre grandiose réalisée sous la direction de Roger Langevin en l’an 2000.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Afin d’accorder un soutien municipal aux organismes artistiques et culturels en faisant appel à des critères objectifs, le candidat à la mairie de Rimouski, Marc Parent, veut créer un groupe de travail qui aura pour mandat de faire des recommandations au Conseil municipal.

Le groupe de travail sera composé de représentants du monde des arts, de la culture, de l’éducation, des représentants de la ville et du monde des affaires : « Il aura pour mandat, dans un premier temps, d’identifier un ensemble de critères objectifs pertinents et reflétant la réalité des organismes, qui sera soumis au conseil pour approbation. Ensuite, il analysera les demandes de soutien financier et fera des recommandations au Conseil sur la distribution des fonds. »

Selon Marc Parent, ce nouveau processus permettra à la Ville de soutenir équitablement les organismes qui font appel à elle. « Chaque année, ce sont plus de 325 000 $ qui sont versés à des organismes à but non lucratif des arts et de la culture par la Ville, c’est sans compter la politique de tarification préférentielle accordée à plusieurs organismes. Ce sont les membres du conseil qui décident de l’attribution de ces montants. Selon moi, le Conseil municipal devrait se consacrer à identifier l’enveloppe budgétaire pour les arts et cultures et proposer les grandes orientations pour en disposer. »

M. Parent explique que la Ville a déjà mis en place des outils de développement de la culture, tels que la politique culturelle, la politique d’art public, et que ces éléments sont la base de sa plateforme. « Les arts, la culture et le patrimoine donnent une plus-value à tous les secteurs de la vie communautaire, la santé, l’éducation, le développement économique, le tourisme, la communication. Rimouski a une longue tradition de ville culturelle et en tant que maire, je me fais un devoir de poursuivre cette tradition », précise M. Parent.

Il croit également que la Ville doit devenir un leader et facilitateur d’ententes entre les organisations. « Des ententes de partenariats avec les instances nationales et régionales comme avec le ministère de la Culture et des communications ou le Conseil des arts et lettres du Québec (CALQ) ont récemment été signées et d’autres sont à signer. Ce sont des ententes vitales, car elles sont des leviers financiers importants au développement. »

À ce chapitre, M. Parent donne son appui au projet de relocalisation de la Coopérative Paradis sur la rue Saint-Germain. « Le dossier chemine, toutefois, aux yeux de plusieurs le site idéal aurait été la cathédrale, mais compte tenu de la lenteur avec laquelle le dossier progresse, il est maintenant temps de se tourner vers d’autres solutions. »

Quant au théâtre du Bic, qui a dû voir son projet d’agrandissement révisé et réduit, M. Parent signale que le dossier devrait rapidement débloquer : « La Ville a fait toutes les étapes qu’elle avait à faire. Le message qu’on entend des fonctionnaires provinciaux est qu’il y a un désir de supporter ce projet, et j’ai bon espoir que cela va se faire rapidement, très tôt en 2018. » Il précise qu’en raison de la réduction de la volumétrie de l’édifice, les membres du conseil municipal ont accepté de payer sans subvention pour la construction d’un entrepôt adjacent : « Cela permettra d’obtenir des subventions très importantes en terme de pourcentages applicables à l’agrandissement et à la mise à niveau du théâtre. »