Sections

Pierre Chassé veut que Rimouski lutte mieux contre les changements climatiques


Publié le 8 septembre 2017

Pierre CHASSÉ le long des berges érodées du Fleuve Saint-Laurent.

©Photo gracieuseté

Le candidat à la mairie de Rimouski, Pierre Chassé, estime que Rimouski doit mieux lutter contre les changements climatiques et préconise plusieurs mesures pour faire face aux changements du climat.

Pierre Chassé propose d’instaurer un programme permanent de sensibilisation et d’éducation des jeunes et de la population quant à la nature et aux risques liés aux changements climatiques et de soutenir les initiatives de citoyens, de groupes et de corporations qui lanceraient des initiatives liées au climat, au plan technique et via le nouveau budget participatif citoyen.

Il souhaite également mettre à profit la quinzaine de centres de recherche et développement de l’Est-du Québec et leur expertise en biomasse forestière, technologies agro-alimentaires, bio-production, énergie éolienne, sciences de la mer et ajuster la réglementation pour atténuer les effets des changements du climat sur les conditions de vie des citoyens.

« Le rôle des municipalités quant à l’aménagement des milieux de vie, aux règlements de zonage, à l’habitation, au transport collectif, fait que nous sommes d’avis que Rimouski doit absolument mieux incorporer à sa planification, à ses projets et à sa gestion courante des mesures qui préviennent ou qui réduisent des effets sur le climat », d’indiquer le candidat.

Il compte aussi faire appel à l’Université du Québec à Rimouski, au Collectif régional de développement – BSL (CRD), au Réseau des Villes innovantes de l’Est-du-Québec comme lieux de réflexion et de concertation sur la lutte aux changements climatiques et promouvoir l’innovation en aménagement urbain, écoresponsabilité, écomatériaux de construction, gestion des forêts, ou autres, et ce, surtout si des emplois nouveaux en résultent.

« Je salue l’initiative récente d’universitaires québécois, sous l’impulsion du physicien Normand Mousseau, de trouver un modèle d’actions plus cohérentes pour faire face aux défis environnementaux du Québec, surtout quant à la réduction des GES (NDLR : gaz à effet de serre). À ce groupe, comme à moi, ce défi apparaît davantage politique que technologique. Donc, cela concerne les élus et les instances démocratiques – autant que les scientifiques. Je propose que Rimouski exerce un leadership positif quant au sentiment de l’urgence d’agir et quant à trouver les meilleures solutions, de concert avec ses partenaires du Bas-Saint-Laurent et du Québec. Maintenant. », de conclure M. Chassé.