Le TechnoCentre éolien entend contribuer au Plan Nord

Alexandre D'Astous redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 9 avril 2015

L’intégration des énergies renouvelables aux réseaux autonomes et à la production décentralisée constitue l’un des axes de recherche du TechnoCentre éolien.

©Photo gracieuseté TechnoCentre éolien

ÉCONOMIE. Le TechnoCentre éolien (TCE) accueille avec intérêt le Plan Nord à l’horizon 2035 tel que présenté le 8 avril par le gouvernement québécois.

En effet, l’énergie éolienne figure parmi les actions proposées à différents égards, ce qui permettra à l’industrie et au secteur de la recherche de développer cette forme d’énergie verte au nord du 49e parallèle.

La vingtaine de communautés présentes sur le territoire du Plan Nord est desservie par des réseaux autonomes alimentés par deux centrales hydroélectriques et par 20 centrales thermiques. Dans le contexte où, en 2012, les centrales thermiques ont consommé 31 millions de litres de combustible fossile à coût très élevé, le gouvernement veut trouver des solutions adaptées aux réalités nordiques qui permettront de remplacer graduellement les génératrices au diesel par des énergies plus rentables au niveau économique et environnemental.

« Les communautés du Nord et les minières veulent réduire leur consommation de diesel en raison des coûts exorbitants que cela représente. Le TechnoCentre éolien possède les équipements et l’expertise pour les accompagner dans cette démarche. Nous opérons d’ailleurs déjà un microréseau de jumelage diesel-éolien-solaire en conditions nordiques qui nous permet de travailler à chaque étape du développement technologique d’un projet, allant de la R-D à la validation en conditions réelles jusqu’à l’intégration au sein de l’industrie », affirme Frédéric Côté, directeur général du TechnoCentre éolien.

L’intégration des énergies renouvelables aux réseaux autonomes et à la production décentralisée constitue l’un des axes de recherche du TechnoCentre éolien. Le TCE collabore notamment à différents groupes de travail internationaux en lien avec divers enjeux d’actualité pour l’industrie.

La création de l’Institut nordique du Québec représente également une belle opportunité pour le TechnoCentre éolien de mettre à profit les connaissances qu’il a développées dans le domaine de l’énergie éolienne en climat froid au sein de cette nouvelle entité. « En tant que centre collégial de transfert de technologie de concert avec le Cégep de la Gaspésie et des Îles, le TCE offre toute sa collaboration à l’Institut dans le but de positionner le Québec comme un chef de file international en matière de recherche nordique », ajoute Frédéric Côté.