Suzanne Tremblay appuie Jean-François Lisée

Pierre Michaud pierre.michaud@tc.tc
Publié le 26 juillet 2016

L'ex-députée fédérale bloquiste de Rimouski, Suzanne Tremblay, accorde un appui officiel à Jean-François Lisée, dans la course à la chefferie du Parti Québécois.

« Je trouve ça sensationnel, parce que Suzanne, c'est un peu la conscience régionale des progressistes, des indépendantistes, et elle est connue dans tout le Québec. C'est un appui de taille, une journée importante dans ma campagne », déclare Jean-François Lisée.

« J'ai suivi la campagne depuis le début et je suis toujours la politique plusieurs heures par jour. À force de lire et de regarder les choses aller, d'analyser ce que j'entendais, j'ai fini par me faire une idée finale. Les cinq candidats sont très intéressants, pour des raisons différentes. Et je suis contente que ces candidatures soient là. Chacun a ses qualités et on devrait avoir un noyau de personnes expérimentées pour gouverner un Québec indépendant. Mais un jour, il faut se poser la question « et si j'avais un seul choix à faire ?». Finalement, parmi ces cinq personnes, qui est la plus prête à prendre en charge la gouvernance d'un état?  J'en suis venue à la conclusion que c'était Jean-François et je suis contente de lui donner mon appui », précise Mme Tremblay.

Toujours membre

Lorsque TC Media fait remarquer à Mme Tremblay qu'elle a appuyé Québec Solidaire en campagne électorale, lorsque Pierre-Karl Péladeau dirigeait le parti, Mme Tremblay rétorque: « À la dernière campagne électorale, j'étais une indépendantiste qui votait pour un chef. Je n'ai jamais quitté le PQ comme tel. J'ai toujours été indépendantiste mais je ne me suis jamais gênée pour critiquer le Parti Québécois et je vais continuer de le faire. »

Par ailleurs, Jean-François Lisée estime qu'il faut modifier les façons de faire du gouvernement pour appuyer le développement des PME, en réduisant les tracasserie administratives. « Alors qu'elle sont les plus créatrices d'emplois après le gouvernement du Québec, les petites et moyennes entreprises croulent sous le fardeau administratif. Revenu Québec a développé une culture du racket. Les employeurs sont présumés coupables et sont harcelés. Il faut les laisser travailler, alléger le cadre réglementaire. ». Enfin, M. Lisée, qui est passé par Rimouski et Mont-Joli en début de semaine, promet de rétablir des mécanismes régionaux de concertation, comme les conférences régionales des élus, abolies par les Libéraux.

Mme Tremblay avait fait connaître son appui au candidat Paul Saint-Pierre Plamondon, en juin, mais semble s'être finalement rangée dans le camp Lisée.

Suzanne Tremblay et Jean-François Lisée.

©Photo TC Media - Pierre Michaud