Le Comité logement Rimouski-Neigette milite pour un contrôle des loyers


Publié le 2 février 2017

Le Comité logement Rimouski-Neigette s'insurge contre la décision de la Régie du logement.

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Ils étaient une quinzaine à braver le froid ce matin, devant l’édifice gouvernemental du 337, rue Moreault à Rimouski, pour exhorter le gouvernement et la Régie du logement à réinstaurer les indices d’augmentation de loyer et l’instauration d’un contrôle universel et obligatoire des loyers.

Cette action fait partie d’une série d’actions menées à plusieurs endroits du Québec visant à dénoncer la décision de la Régie du logement de mettre fin, cette année, à la publication des indices d’augmentation de loyer. « C’est ce que souhaitaient les propriétaires depuis plusieurs années, car c’est à leur avantage. Ces indices permettaient aux locataires d’évaluer le caractère raisonnable de l’augmentation demandée par leur propriétaire », explique Guy Labonté, du Comité logement Rimouski-Neigette.

Le Comité rimouskois s’attend à recevoir d’avantage d’appels et conseille les locataires de ne pas hésiter à demander de l’aide. « La Régie du logement coupe dans sa mission qui est aussi d’informer les gens adéquatement. Les locataires n’ont plus de références. Ils sont dépourvus de tout moyen pour négocier la hausse demandée par leur propriétaire », s’insurge M. Labonté.

Le Comité logement conseille aux locataires de refuser l’augmentation si celle-ci dépasse 10 $ pour un loyer de 700 $. « Nous disons aux locataires de garder leurs logements, dans ces conditions. », explique M. Labonté.

Un outil de calcul simplifié

À la place des indices d’augmentation du loyer, publiés jusqu’en 2016 sur le site Web de la Régie du logement, celle-ci a mis en place un outil de calcul dit simplifié, intitulé « Calcul pour la fixation de loyer », « mis à la disposition des locateurs et locataires afin de faciliter les négociations pour l'établissement d'une augmentation du loyer juste et raisonnable », peut-on lire sur le site Web de la Régie du logement.

« Ce calcul comporte une liste de 18 items nécessaires pour remplir la grille. Seulement, il apparait illusoire de croire que les propriétaires fourniront à leurs locataires ces informations », précise M. Labonté. « Quand on sait que parfois, certains propriétaires n’écrivent pas sur leur bail le montant du loyer précédent alors qu’il le devraient. »

Une situation qui se détériore

Le Comité logement Rimouski-Neigette, de même que le Regroupement des comités de logement et associations de locataires du Québec (RCLALQ), déplore que la situation des locataires se dégrade d’année en année en l’absence d’un réel contrôle des loyers. « À Rimouski, un tiers des locataires consacre 30 % et plus de son revenu au logement, 14 % y consacrent 50 % de leur revenu et 6 %, 80 % de leur revenu. Le loyer médian est de 566 $ », rapporte M. Labonté, se basant sur des chiffres d’une Enquête nationale sur les ménages de Statistiques Canada parue en 2011.

Informations : Comité logement Rimouski-Neigette 418-723-4483.