Sections

Pierre Chassé estime que Rimouski est plus autonome avec la Loi 122


Publié le 15 juillet 2017

Pierre Chassé et le maire de Montréal, Denis Coderre veulent tous deux faire reconnaître chaque municipalité comme gouvernement de proximité.

©Photo gracieuseté

Le candidat à la mairie de Rimouski, Pierre Chassé, se réjouit de l’adoption de la loi 122 accroissant l’autonomie municipale en matière d’aménagement du territoire, de fiscalité et de gouvernance, tout en promettant une surveillance étroite de son application.

Pierre Chassé fait valoir que la loi 22 est l’aboutissement d’un processus de six années de réflexion, et que celle-ci avantage les municipalités, notamment aux plans de la reddition de comptes, de l’aménagement du territoire, du zonage, de la vitesse dans les rues, de l’adjudication de contrats. « Pour Réussir Rimouski, il fallait à son Conseil municipal le maximum de légitimité, d’autonomie et de flexibilité par rapport au gouvernement du Québec, ce que la Loi 122 lui confère enfin depuis son adoption le 15 juin 2017. Et je fais confiance aux Rimouskois qui seront consultés sur le processus d’évaluation et d’acceptation des projets qu’un meilleur processus en sortira. » 

Miser sur la participation citoyenne

Conseiller depuis 2013, Pierre Chassé propose trois mesures d’amélioration du fonctionnement du Conseil municipal. « D’abord, se prévaloir de la plus grande flexibilité accordée aux municipalités en aménagement du territoire, notamment quant au choix des mécanismes les mieux adaptés à la participation citoyenne en dotant Rimouski d’une politique publique de consultation. Cette politique comprendra un processus clair d’évaluation et d’acceptation des projets et fera l’objet, au préalable, d’une consultation publique des Rimouskois qui sera adoptée par le nouveau Conseil municipal, par voie de règlement. »   

Le conseiller fait savoir qu’en vertu de la Loi 122, l’approbation référendaire n’est plus requise en cas de réalisation d’un projet d’équipement collectif de propriété publique relatif aux secteurs de l’éducation, de la santé, de la culture ou des sports et des loisirs. « En situation exceptionnelle, l’option d’inclure un referendum décisionnel dans la consultation publique au jugement du Conseil devra être conservée. »

Comme deuxième mesure, M. Chassé prévoit accueillir favorablement de nouveaux conseils de quartier, par exemple sur le modèle du conseil de quartier de Terrasse Arthur-Buies qu’il a initié, et ce, dans une optique de contribution citoyenne.

Enfin, M. Chassé entend valoriser le rôle du conseiller de district par divers moyens tels que : agir comme porte-parole de la Ville dans certains dossiers, en plus ou en lieu du Maire, prendre  davantage la parole en séances publiques, être invité à participer davantage aux présidences des comités reconnus par la Ville.