13 jeunes de l’école Paul-Hubert se préparent à partir au Honduras

Adeline Mantyk adeline.mantyk@tc.tc
Publié le 30 octobre 2016

Les 13 participants au projet El Camino

©Photo gracieuseté

STAGE HUMANITAIRE. Un groupe de jeunes de l’école secondaire Paul-Hubert de Rimouski, « El Camino », unit ses forces afin de réaliser un projet d’entraide au Honduras en juillet 2017.

L’objectif de ce projet, d’une durée de quatre semaines, consiste à apporter une aide financière à une communauté. En partant des besoins spécifiques exprimés par cette communauté et avec le désir d’en apprendre sur la culture hondurienne, les jeunes étudiants souhaitent crééer des liens humains basés sur le respect et l’ouverture.

Pour réaliser ce rêve d’entraide, le groupe El Camino organise une panoplie d’activités de financement dont un Zumbathon qui aura lieu samedi 5 novembre au Club Santé 2000 de 15 h à 16 h. Réservation : 418-733-0198. Billet : 12 $.

À l'occasion des Journées québécoises de la solidarité internationale (JQSI), les futurs stagiaires organisent une projection de plusieurs courts-métrages sur le Honduras vendredi 11 novembre au Café La 5e saison du Cégep de Rimouski. La soirée débutera à 19 h 30 par une courte présentation des jeunes sur leur projet de stage, puis les différents films présentés amèneront à réfléchir sur la façon dont les médias influencent notre perception des autres peuples et pays. L’entrée, le pop-corn et les boissons sont offerts en échange d’une contribution volontaire.

Permettre aux jeunes d’ici de vivre une expérience d’ouverture sur le monde

Le projet de solidarité internationale est né de l’initiative de citoyennes de la région, dont Maria Victoria Coellar, de la Congrégation des Sœurs du Saint-Rosaire, qui rêvaient de permettre à des jeunes d’ici de vivre une expérience de partage et d’ouverture sur le monde.

Le Carrefour international bas-laurentien pour l’engagement social (CIBLES), un organisme basé à Rimouski expérimenté dans l’accompagnement de projets internationaux, assure la formation pré-départ des jeunes stagiaires. « Depuis le début du projet, nous avons acquis de nouvelles connaissances qui nous permettent de mieux comprendre les injustices et la situation du Honduras. Ces formations nous amènent une plus grande conscience sociale et c'est ce qui nous pousse à travailler fort pour atteindre nos objectifs », explique Marianne Levasseur, une des treize participantes du projet.