La communauté s'unit pour stopper la sclérose en plaques


Publié le 18 avril 2017

Le directeur de la section Bas-Saint-Laurent de la Société canadienne de la sclérose en plaques, Geoffrey Molle, la présidente du conseil d'administration de l'organisme, Chantal Joubert, la présidente d'honneur de la Marche de l'eSPoir, Marie-Christine D'Amours, et la coordonnatrice aux activités de financement, Marie-Ève Michaud.

©Photo TC Media – Jean-Philippe Langlais

MOIS DE SENSIBILISATION. Mai est dédié à la sensibilisation à la sclérose en plaques et le mois culminera avec la traditionnelle Marche de l'eSPoir qui aura lieu au parc Beauséjour de Rimouski.

Tout comme dans 16 autres villes ailleurs au Québec, les Bas-Laurentiens sont conviés à participer, le 28 mai, à l'activité de financement de la Société canadienne de la sclérose en plaques. Le parcours se veut accessible à tous. La présidence d'honneur de l'activité a été confiée à la directrice marketing chez TELUS, Marie-Christine D'Amours. Les responsables de la Marche espèrent récolter au moins 25 000 $ cette année.

Au départ peu familière avec la maladie de la sclérose en plaques, Mme D'Amours a accepté de s’investir pour la cause. « Je me suis dit qu'il y avait d'autres personnes comme moi qui avaient été moins sensibilisées et j'espère pouvoir faire une différence et contribuer à faire la promotion de cette cause. La santé, c'est important. C'est une richesse qu'on a et il faut en prendre soin », affirme la présidente d'honneur.

La Campagne de l'œillet SP marque aussi le mois de sensibilisation et se déroulera du 11 au 13 mai. Pour la région du Bas-Saint-Laurent, l'objectif est d'amasser 30 000 $. L'organisme met aussi en circulation des chandails arborant des œillets.

Recherche

La sclérose en plaques est l'une des maladies neurologiques les plus répandues au Canada, chez les jeunes adultes. Au Québec, 20 000 personnes en sont atteintes. Les cliniques de sclérose en plaques de Rimouski et Rivière-du-Loup traitent environ 700 personnes. Des personnes atteintes de cette maladie dans la région reçoivent aussi des traitements dans la région de Québec.

L'ensemble des fonds amassés est dédié à la recherche. Une partie des sommes permet à la section locale d'offrir des services dans la région. « La recherche évolue. Nous sommes chanceux puisqu'au Canada, il y a beaucoup de groupes de recherche qui travaillent spécifiquement sur la sclérose en plaques. On n'a malheureusement pas réussi à trouver le médicament, mais la recherche se poursuit », indique la présidente du conseil d'administration de la section Bas-Saint-Laurent de la Société canadienne de la sclérose en plaques, Chantal Joubert.