Sections

Collision avec un train : la coroner conclut à un geste volontaire


Publié le 13 juillet 2017

La SQ s'était rendue sur place.

©Frédéric Durand

La coroner Renée Roussel conclut à un geste volontaire pour expliquer le décès de Gabrielle Alexandre, 76 ans, de Saint-Alexandre-de-Kamouraska, survenu lors d’une collision avec un train, le 24 octobre 2016 à Saint-Germain-de-Kamouraska.

« La voiture de Mme Alexandre s’est placée et immobilisée sur la traverse à niveau du chemin de fer de la route de Saint-germain. Elle l’a fait à l’approche d’un train qui voyageait à une vitesse de 95 km/h en provenance de l’Est et qui n’a pas eu le temps de réagir pour éviter la collision. Une personne se trouvant à proximité a entendu le fracas. Elle s’est dirigée immédiatement vers la voiture accidentée pour découvrir que Mme Alexandre ne présentait de façon perceptible, aucun des signes vitaux», rapporte la coroner Roussel. Le décès a été constaté à l’hôpital de La Pocatière par le médecin de garde.

Mme Alexandre vivait seule dans un immeuble à logements. Elle avait un réseau social qu’elle fréquentait régulièrement. Selon les témoignages recueillis par les policiers de la SQ, Mme Alexandre était stationnée près de la voie ferrée, à environ 30 mètres au Sud de la traverse à niveau. «Elle a1ura1it déjà tenu des propos au cours des dernières années à l’effet qu’elle ne serait jamais un poids pour ses proches, qu’elle n’irait pas en centre d’hébergement et de soins de longue durée et que, si un jour un médecin devait lui apprendre de mauvaises nouvelles, elle provoquerait un accident avec un camion lourd pour mettre fin à ses jours», précise Le Dre Roussel.

Elle n’a laissé aucune lettre d’adieu ou de suicide, mais son état de santé se dégradait progressivement depuis au moins un an. « C’est donc dans un contexte de douleur de plus en plus handicapante, menaçant son autonomie, probablement sans espoir de voir son état s’améliorer et dans la crainte d’un hébergement éventuel en centre de soins de longue durée ou de devenir un poids pour sa famille qu’elle a mené son projet de suicide froidement et de façon déterminée jusqu’à son accomplissement», conclut la coroner.