Sections

La SQ rappelle l’importance de bien partager la route


Publié le 13 juillet 2017

Différents partenaires s'unissent pour faire avancer la cause du partage de la route entre les automobilistes et les cyclistes.

©TC Media - Stéphanie Mac Farlane

La Sûreté du Québec rappelle aux usagers de la route l’importance du comportement de chacun sur le réseau routier.

Que ce soit en tant que conducteur de véhicules routiers, de cycliste ou de piéton, chacun doit respecter les différents règlements en vigueur, autant le Code criminel que le Code de la sécurité routière.

Les piétons doivent utiliser en tout temps le trottoir qui borde la chaussée, dans le cas d’absence de trottoir, marcher sur le bord de la chaussée, en sens inverse de la circulation; traverser aux intersections et aux passages pour piétons et se conformer aux feux pour piétons installés aux intersections, en cas d’absence de feux pour piétons, se conformer aux feux de circulation.

Selon le Code de la sécurité routière, le piéton ne peut pas traverser une intersection en diagonale, sauf si un agent de la paix, un brigadier scolaire ou une signalisation l'autorise; faire de l'auto-stop sur la chaussée ou à un endroit où le dépassement est interdit ou circuler sur une autoroute ou sur ses voies d'accès.

Le Code de la sécurité routière interdit au cycliste, entre autres, de circuler sur les autoroutes ou sur leurs voies d'accès; en sens inverse de la circulation – sauf si la signalisation autorise le contresens à vélo; sur le trottoir; avec des écouteurs ou entre deux rangées de véhicules en mouvement.

Il est également interdit de transporter un passager, sauf si un siège est prévu à cet effet et de consommer des boissons alcoolisées en circulant.

« Nous rappelons aux automobilistes qu’ils doivent respecter la distance d’un mètre de distance lors d’un dépassement de cycliste dans une zone de 50 km/h et moins et plus de 1,5 mètre de distance dans une zone de plus de 50 km/h. Dans la situation où il est impossible d’effectuer un dépassement sécuritaire, demeurer derrière jusqu’au moment opportun», indique la sergente Ann Mathieu.