Sections

Éric Michaud plaide non coupable à une 7e accusation de conduite avec les facultés affaiblies


Publié le 12 octobre 2017

L'homme avait un taux d'alcool dans le sang supérieur à 0,08.

©Photo TC Media - Archives

Éric Michaud, 44 ans, du Bic, plaide non coupable à cinq dossiers d’accusation relatives à la conduite automobile, dont une 7e accusation de conduite avec les facultés affaiblies relativement à des événements survenus le 3 novembre 2016 à Rimouski.

Il reviendra en Cour le 20 novembre afin de fixer une date de procès qui devra durer quelques jours. « Nous avons des discussions en cours», indique l’avocate de la Défense, Me Maryse Beaulieu.

Éric Michaud avait été remis en liberté le 15 novembre 2016 par la juge Louise Gallant. Il est en liberté dans ces dossiers, mais il est détenu depuis une récente arrestation à Baie-Comeau.

Sept témoins ont été entendus lors de l’enquête préliminaire tenue le 30 mars à Rimouski, cinq civils et deux policiers. Leurs témoignages sont tous frappés d’une ordonnance de non-publication empêchant d’en rapporter le contenu avant le procès.

Trois la limite d’alcool permise

Éric Michaud aurait été impliqué dans une collision avec un autre véhicule, le 3 novembre 2016 vers 19 h 30 alors qu’il était sous le coup d’une interdiction de conduite nationale et que son taux d’alcool dans le sang était plus de trois fois plus élevé que la limite permise.

« L’histoire commence vers 19 h 30 lorsqu’un véhicule se fait emboutir par un autre véhicule qui n’aurait pas respecté un feu de signalisation sur le boulevard Arthur-Buies, près du restaurant St-Hubert. Les deux occupants du véhicule ont été blessés légèrement et transportés à l’hôpital par mesure préventive. L’autre conducteur s’est sauvé, mais un témoin a pu donner suffisamment de détails sur le véhicule pour permettre aux policiers de le localiser au Bic», rapportait alors la sergente de la SQ, Ann Mathieu.

Nombreux antécédents

Éric Michaud a une feuille de route assez garnie avec six condamnations pour conduite avec les facultés affaiblies et six pour des bris d’engagement et de probation. Le 28 novembre 2013, il a été condamné à deux ans de prison. Il a été libéré au sixième de sa peine pour suivre une thérapie de 12 semaines à Maria, puis il a bénéficié d’une libération conditionnelle au tiers de sa peine.

Remis en liberté

Le 15 novembre 2016, la juge Louise Gallant avait décidé de remettre l’accusé en liberté afin qu’il puisse suivre une thérapie fermée, au terme d’une enquête sur remise en liberté de deux heures tenue par vidéoconférence au Palais de justice de Rimouski. « Je crois qu’une thérapie est appropriée pour éviter tout risque de récidive et pour tenter de régler vos problèmes. Je vous impose des conditions assez contraignantes pour votre remise en liberté, soit une caution avec dépôt de 1 000 $ et sans dépôt de 88 000$ via une hypothèque légale sur votre résidence. À votre sortie de thérapie, vous devrez respecter un couvre-feu entre 22 h et 7 h, sauf pour votre travail de débroussailleur sur la Côte-Nord. Il vous sera interdit de consommer de l’alcool et de conduire tout véhicule à moteur. Vous devrez également vous soumettre à un alcootest de manière aléatoire une fois par semaine», lançait la juge, au moment de sa décision.