Sections

La date du début du procès Vanier est fixée


Publié le 12 septembre 2017

Robert Vanier alors qu'il lançait Onco en bourse.

©Photo TC Media - archives

FRAUDEUR ALLÉGUÉ. La Gendarmerie royale du Canada (GRC) confirme que le procès du présumé fraudeur Carl Gagnon, alias Robert Vanier, va débuter le 29 septembre, à Toronto.

On y procédera à la sélection du jury. « Court is slated to start on september 29th for jury selection at 361 University (Toronto), Court Room 2-1 », indique la sergente Penny Hermann, officier de relations publiques pour la GRC en Ontario. Il est accusé de production d’un faux prospectus et de deux parjures.

Des Rimouskois sont appelés à témoigner. C’est le cas de Richard-Marc Lacasse, qui confirme : « La GRC m’a questionné et m’a indiqué que je serais appelé à la barre des témoins. Elle semble déterminée à mener l’affaire à bien. La seule chose que je peux dire pour le moment sur ce dossier, c’est que je déplore le laxisme de l’Autorité des Marchés financiers du Québec et de l’Ontario à propos de M. Vanier/Gagnon », indique-t-il.

Lors d’un témoignage devant la Commission des Valeurs Mobilières de l’Ontario, en août 2010, Robert Vanier a révélé que son vrai nom était Carl Gagnon et qu’il avait été délateur pour la SQ dans le cadre de la guerre des motards.

Délation inutile

Selon un reportage diffusé par TVA en mars 2010, son témoignage de délateur a tourné au vinaigre. En voici un extrait: « Épinglé pour sa participation dans un réseau de recyclage et de revente de véhicules volés (…) Il a notamment déclaré qu’il avait été menacé, battu et séquestré par trois proches des Hells, à qui il devait plusieurs milliers de dollars (…) Il a été amené à témoigner en novembre 1999, pour incriminer Robert « Bob » Savard (considéré alors comme le bras droit de « Mom » Boucher), Guy Lepage (un ex-policier dirigeant des Rockers) et Ronald Leduc (…) « Il a raconté une histoire qui semblait abracadabrante et dénuée de fondement. On a déjà vu des délateurs menteurs, et lui, il se situait dans le peloton de tête », se souvient Me Danielle Roy, qui défendait Savard à ce moment. »

Le suspect prétendait avoir trouvé une technologie pour ranimer les puits de gaz et de pétroles taris. De 200 à 300 personnes de Rimouski seraient été parmi les actionnaires d'Onco petroleum floués, pour 3 M$ ou 4 M$. Certains de ces investisseurs auraient perdu plus de 100 000 $. Au total, Vanier/Gagnon aurait vendu pour 30 M$ d’actions à environ 1 200 personnes.