Sections

Raynold Couturier passera les trois prochaines années à l'ombre


Publié le 13 septembre 2017

Palais de justice de Rimouski

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

JUSTICE. Accusé notamment de plusieurs chefs de recel et de trafic de stupéfiants, Raynold Couturier 55 ans de Sainte-Florence, a reçu une sentence de 54 mois de détention, desquels sont soustraits l'équivalent de 18 mois de détention provisoire.

La juge Andrée Saint-Pierre a imposé la peine ce matin, au palais de justice de Rimouski. En plus de passer les 36 prochains mois au pénitencier, l'accusé se voit imposer diverses conditions, dont une interdiction de possession d'armes à feu pour une période de 10 ans suivant sa libération. Couturier devra aussi fournir un échantillon d'ADN.

Raynold Couturier faisait face à plusieurs accusations dans 19 dossiers, relativement au recel et au vol, au trafic de stupéfiants, à la possession d'armes à feu, au harcèlement et au vol de fer. La juge a imposé des peines concurrentes sur plusieurs de ces chefs.

Andrée Saint-Pierre a énuméré plusieurs facteurs aggravants dont des antécédents sur plusieurs années, le fait qu'il était sous probation lors de certaines infractions, la production de cannabis dans sa propriété ainsi que sa quantité, et la valeur des biens volés et recelés. Le seul facteur atténuant a été le fait que l'accusé ait plaidé coupable, bien que cela soit survenu plusieurs mois après le dépôt des accusations.

Rappel des faits

Le 14 septembre 2016, une cinquantaine de policiers de la Sûreté du Québec procédaient à l'arrestation de cinq individus, dans les MRC de la Matapédia et de la Matanie.  Les suspects auraient été impliqués dans un réseau de voleurs de métaux et de véhicules, ainsi que dans le trafic de stupéfiants à Sainte-Florence et Causapscal.

Lors de la perquisition, plusieurs plants et ainsi qu'une grande quantité de cannabis, de la cocaïne, une dizaine d’armes à feu, une arme prohibée chargée, plusieurs pièces provenant de véhicules rapportés volés, deux véhicules tout terrain rapportés volés, des équipements et autres outils spécialisés rapportés volés et plusieurs milliers de dollars en argent comptant avaient été saisis par les policiers.

Par ailleurs, Revenu Québec avait obtenu, devant la Cour supérieure du district judiciaire de Rimouski, une autorisation lui permettant de prendre des mesures de recouvrement visant les biens de M. Couturier. Ainsi, un avis d’exécution après jugement visant ses biens mobiliers a été obtenu.

Revenu Québec a également procédé à l'inscription d’hypothèques légales immobilières et mobilières. Ces actions ont été rendues possibles grâce à la collaboration des policiers de la Division des crimes majeurs de la Sûreté du Québec, de la région Bas-Saint-Laurent-Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine. Ceux-ci ont fourni des renseignements liés à l’enquête qui a conduit à l’arrestation de M. Couturier, le 14 septembre 2016, dans le cadre du projet Outiller.