Le père dominicain Benoît Lacroix est décédé mercredi des suites d'une pneumonie

Publié le 2 mars 2016
Le père dominicain Benoît Lacroix est décédé mercredi des suites d'une pneumonie
Photo archives Journal Métro

MONTRÉAL — Le père dominicain Benoît Lacroix s'est éteint dans la nuit de mercredi à l'âge de 100 ans.

Les Dominicains du Canada ont confirmé en matinée par voie de communiqué que le religieux était décédé. Il est mort des suites d'une pneumonie «courte, mais sévère», selon Louis Aucoin, porte-parole des Dominicains.

Le père André Descôteaux, prieur provincial des Dominicains pour le Canada, s'est désolé de perdre «un frère d'une grande valeur» qui «était très généreux avec toutes les personnes qui sollicitaient son amitié».

Né en 1915 à Saint-Michel-de-Bellechasse, Joachim Lacroix est devenu le père Benoît Lacroix en 1941. Il a poursuivi ses études en sciences médiévales, obtenant un doctorat à l’Institut d’études médiévales de Toronto en 1951. Il a ensuite fait des études post-doctorales à l’École pratique des hautes études de Paris et à l’université Harvard.

Il a enseigné pendant 40 ans à l’Institut des sciences médiévales de l’Université de Montréal, qu'il a présidé quelques années dans les années 1960. Il a également été professeur invité dans des universités du Japon, du Rwanda et de la France.

Grand intellectuel, le père Lacroix était reconnu pour sa capacité à rejoindre tous les publics avec ses réflexions sur les traditions, l'histoire et la religion.

Le sociologue québécois Fernand Dumont avait salué sa «sa contribution à la culture savante et son affinité avec les gens des milieux populaires».

Malgré son âge avancé, le père Lacroix avait publié en novembre dernier «Rumeurs à l’aube», un recueil de réflexions.

Benoît Lacroix a reçu plusieurs honneurs au fil des années. Il a été nommé Officier de l’Ordre du Canada en 1985, ainsi que Grand officier de l’Ordre national du Québec en 1995. Il a également été récipiendaire d'un doctorat honoris causa de l'Université de Sherbrooke en 1990.

À l'occasion de son 100ème anniversaire, il avait accordé plusieurs entrevues dans les médias.

«La vieillesse, c’est la suite de beaucoup d’actes d’amour. Ma vieillesse est une amie qui m’attend chaque matin, comme la lumière», avait-il confié à son amie Josée Blanchette, dans une chronique publiée dans le quotidien «Le Devoir» en septembre dernier.

La Presse Canadienne

Le père dominicain Benoît Lacroix est décédé mercredi des suites d'une pneumonie

Publié le 2 mars 2016
Photo archives Journal Métro

MONTRÉAL — Le père dominicain Benoît Lacroix s'est éteint dans la nuit de mercredi à l'âge de 100 ans.

Les Dominicains du Canada ont confirmé en matinée par voie de communiqué que le religieux était décédé. Il est mort des suites d'une pneumonie «courte, mais sévère», selon Louis Aucoin, porte-parole des Dominicains.

Le père André Descôteaux, prieur provincial des Dominicains pour le Canada, s'est désolé de perdre «un frère d'une grande valeur» qui «était très généreux avec toutes les personnes qui sollicitaient son amitié».

Né en 1915 à Saint-Michel-de-Bellechasse, Joachim Lacroix est devenu le père Benoît Lacroix en 1941. Il a poursuivi ses études en sciences médiévales, obtenant un doctorat à l’Institut d’études médiévales de Toronto en 1951. Il a ensuite fait des études post-doctorales à l’École pratique des hautes études de Paris et à l’université Harvard.

Il a enseigné pendant 40 ans à l’Institut des sciences médiévales de l’Université de Montréal, qu'il a présidé quelques années dans les années 1960. Il a également été professeur invité dans des universités du Japon, du Rwanda et de la France.

Grand intellectuel, le père Lacroix était reconnu pour sa capacité à rejoindre tous les publics avec ses réflexions sur les traditions, l'histoire et la religion.

Le sociologue québécois Fernand Dumont avait salué sa «sa contribution à la culture savante et son affinité avec les gens des milieux populaires».

Malgré son âge avancé, le père Lacroix avait publié en novembre dernier «Rumeurs à l’aube», un recueil de réflexions.

Benoît Lacroix a reçu plusieurs honneurs au fil des années. Il a été nommé Officier de l’Ordre du Canada en 1985, ainsi que Grand officier de l’Ordre national du Québec en 1995. Il a également été récipiendaire d'un doctorat honoris causa de l'Université de Sherbrooke en 1990.

À l'occasion de son 100ème anniversaire, il avait accordé plusieurs entrevues dans les médias.

«La vieillesse, c’est la suite de beaucoup d’actes d’amour. Ma vieillesse est une amie qui m’attend chaque matin, comme la lumière», avait-il confié à son amie Josée Blanchette, dans une chronique publiée dans le quotidien «Le Devoir» en septembre dernier.

La Presse Canadienne

0 Comment(s)

Sign in or Create a profile to write a comment