« Notre région : voilà ce que nous sommes ! »

Par Jean D’Amour Député de Rivière-du-Loup – Témiscouata Ministre responsable de la région du Bas-Saint-Laurent Ministre délégué aux Affaires maritimes

Publié le 31 mars 2017

Jean D'Amour

©Photo TC Media - Archives

En réponse à la lettre ouverte Pour que les régions ne sombrent pas dans l’oubli, publiée le 7 mars dernier par Harold Lebel, député de Rimouski, et Gérald Beaudry, ex-directeur de la CRÉ du Bas-Saint-Laurent, voici une lettre ouverte du ministre Jean D’Amour.

Au gré des générations, le Québec a toujours été fort de ses régions. Le Bas-Saint-Laurent en particulier se démarque de par son territoire riche et surtout grâce au caractère unique de sa population active et engagée.

Nos régions ont façonné notre peuple. Cependant, le Parti québécois s’obstine à nous dépeindre à l’aide d’un discours sombre et fataliste. Pourquoi faut-il être nostalgique et défaitiste lorsqu’il est question de nous? Notre gouvernement adhère plutôt à un modèle différent, celui mettant en évidence nos talents et notre dynamisme.

Pourquoi ne pas valoriser notre réseau éducationnel performant et porteur pour notre avenir? Pourquoi ne pas souligner la performance de nos écoles publiques et privées, de nos commissions scolaires, cégeps et universités qui ont permis à notre jeunesse de se réaliser tout en contribuant au développement de nos communautés? N’avons-nous pas la responsabilité de renforcer le sentiment d’appartenance de nos jeunes plutôt que d’accepter passivement qu’ils quittent la région? Nous avons besoin de leur énergie, leurs projets, leurs rêves, leur créativité et nous avons la responsabilité de les appuyer. Pourquoi ne pas rendre hommage au personnel médical et soignant qui, grâce à leur compétence et à leur dévouement, ont su diagnostiquer, soigner et accompagner les membres de nos familles? Et que dire de nos entrepreneurs? Pourquoi ne pas les valoriser eux qui débordent d’ingéniosité et de projets pour offrir des emplois de qualité à nos citoyens? Ils fabriquent, transforment et exportent leurs produits et leur savoir-faire aux quatre coins de la planète. Leur apport est fondamental dans le développement et l’épanouissement du Bas-Saint-Laurent.

Notre région, c’est aussi une agriculture engagée et responsable dans nos communautés, c’est une forêt publique et privée abondante, c’est le tourisme familial et d’aventure qui nous permet d’accueillir des visiteurs de partout dans le monde. Notre région, c’est également le majestueux fleuve Saint-Laurent, artère de notre croissance économique et touristique propulsé par la Stratégie maritime que j’ai le grand privilège de piloter à l’Assemblée nationale. Notre fleuve présente une multitude de possibilités

de développement en plus d’offrir des carrières des plus stimulantes; il fait partie de nous tout comme il fait partie du territoire québécois.

Nous devons collectivement relever le défi de poursuivre le travail réalisé par nos bâtisseurs. Notre gouvernement est en appui à chacune des régions du Québec. Qu’ils soient culturels, sociaux ou économiques, nous avons fait des investissements majeurs depuis notre arrivée en 2014 et tous ces domaines sont générateurs de milliers d’emplois, directs et indirects, et créeront à la fois de la richesse tout en améliorant la qualité de vie des citoyens de chez nous.

Notre gouvernement est celui de l’innovation, de l’économie numérique et du savoir; nous croyons résolument en une économie moderne tournée vers l’exportation et une fierté communautaire incontestable. Nous avons mis à la disposition du Bas-Saint-Laurent, tout comme dans les autres régions, des leviers à la hauteur de nos ambitions; plus que jamais les élus, que ce soient les préfets ou les maires, ont entre leurs mains tous les outils nécessaires de façon à faire preuve d’autodétermination face à leurs défis.

J’ai toujours cru en ma région – j’y ai d’ailleurs consacré une grande partie de ma vie. Voilà un discours de fierté, voilà le Bas-Saint-Laurent dans lequel j’aime me retrouver : celui qui m’a vu naître, celui qui a vu naître mes enfants et mon premier petit-fils. C’est la terre de mes aïeux, celle que j’ai choisie, cette terre qui est la nôtre, cette terre d’ouverture et d’inclusion, cette terre créatrice de richesses propices à un avenir meilleur.