Réfléchissons ensemble et pensons en dehors du cadre

Publié le 8 mars 2017

Djanick Michaud, citoyen de Rimouski.

©Photo TC Media - Charles Lepage

CATHÉDRALE. Depuis plus de trois ans, la population de Rimouski suit de près ou de loin le dossier de la cathédrale. Je n’échappe pas à ça et au fil de mes rencontres, je constate la crainte de la population de voir disparaître cet édifice faisant partie de notre histoire.

Des comités se sont mis en place tour à tour au cours des dernières années. Depuis, le contexte entourant ce monument du centre-ville s’est miné. Le plus triste, c’est qu’un tourbillon inqualifiable s’est amplifié à l’arrière-scène, créant des divisions au sujet d’un immeuble qui est pourtant de nature collective.

Je me doute que l’Archevêché en perd son latin et que cette entité est activement à la recherche de solutions. La cathédrale en a grandement besoin… et pour ce faire, il m’apparaît clair qu’il faut commencer quelque part.

Il n’y a pas de solutions « clef en main » qui résoudront la situation. Le premier pas qui serait à faire par la population est de mettent sur papier des ébauches d’idées, de suggestions, de propositions et qu’ils envoient cela à l’Archevêché de Rimouski. Il ne faut pas discriminer ces idées, car il se peut que la solution finale repose sur un amalgame de plusieurs d’entre elles. Donnons-nous aussi le droit de réfléchir à la problématique en pensant en dehors du cadre traditionnel de solution de problème. Soyons audacieux et innovons, nous avons ici la renommée d’être capable de faire ça, alors faisons-le !

À ce jour, le maintien de la fonction liturgique, la modification ou la transformation pour les arts et la culture furent évoqués. Dans la lancée des idées, celle d’en faire un lieu multiconfessionnel et de festivités interculturelles pourrait en faire partie. Cela pourrait ouvrir la voie non seulement à l’inclusion de toutes les cultures qui composent notre communauté, mais aussi cela pourrait lancer un message fort avec un exemple unique de solidarité qui pourrait inspirer davantage la paix. Ce lieu pourrait aussi se prêter à l’établissement d’une école de cirque en raison de sa hauteur. Et si nous la regardons sous un angle économique, cet édifice pourrait devenir un centre d’incubation de PME. Ce ne sont là que quelques idées parmi tant d’autres que détiennent dans leurs têtes des habitants de la ville, mais qu’ils n’osent pas encore partager.

À partir d’un maximum d’idées avancées, le processus de consultation de la population qui se mettra en branle par l’Archevêché dans les semaines qui viennent s’en retrouvera bonifié. Une fois cette consultation effectuée et toutes les informations colligées, des propositions de pistes de projets pourront éventuellement être amenées à travers un sondage par exemple. Bref, il y a du chemin à faire, mais je crois fondamentalement que la solution réside dans une réelle consultation où l’ensemble des Rimouskoises et Rimouskois mettront à profit leurs idées pour faire émerger un projet qui rencontrera l’adhésion de la communauté.

Djanick Michaud, citoyen de Rimouski

Le 8 Mars 2017.