Vincent Dunn totalement désemparé !

Réal-Jean Couture redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 10 mars 2015

Le combat à partir duquel la dernière suspension a été imposée à Vincent Dunn. Il répète que ce ne fut pas volontaire que de faire tomber le casque de l'adversaire

©(Photo Océanic - Rémi Sénéchal)

Ce n'était pas le meilleur moment pour réaliser une entrevue avec le 53 de l'Océanic de Rimouski, Vincent Dunn, en fin de semaine. De nouveau suspendu - pour deux matchs cette fois - il ne savait réellement plus sur quel pied danser. Mais il a répondu à notre invitation, à nos questions.

« Si Serge Beausoleil a réalisé une transaction avec Gatineau pour m'avoir dans son alignement et si les Sénateurs d'Ottawa m'ont repêché et fait signer un premier contrat professionnel, c'était certes en raison de mon style de jeu. Mais dans la LHJMQ, je ne trouve plus la ligne qui sépare l'acceptable du non acceptable » de dire l'attaquant, pendant le match de vendredi soir alors que ses équipiers affrontaient les Voltigeurs.

Acceptant de rencontrer l'auteur de ces lignes, Vincent Dunn y va d'une réflexion qui caractérise bien ses états d'âme. « J'ai l'impression de marcher sur une douzaine d'œufs sans avoir le droit d'en écraser un. » L'image est frappante. Venant d'un joueur qui aimerait bien apporter une meilleure contribution à son équipe, c'est tout dire. Ou presque.

DIFFICILE DE TROUVER LA LIGNE

« Cela fait quatre ans que j'évolue dans la LHJMQ et c'est difficile pour moi de trouver la ligne. Pour la suspension actuelle, je n'ai vraiment pas fait exprès pour enlever le casque de mon adversaire. Ma main était prise dans sa ganse un peu. Je ne pense pas que je sois le joueur préféré de la ligue. Voilà pourquoi je suis suspendu. On me suspend pour des motifs comme celui-là. C'est plate pour moi. » explique Dunn.

« Mais cela fait partie de la game. Mais je pourrais gager beaucoup d'argent sur le fait que si cela avait été un autre joueur dans cette ligue-là, je ne pense pas qu'il aurait mérité deux matchs de suspension. Ce sont des questions qu'il faudrait poser à la ligue. C'est plate pour moi. Je suis tanné de ces situations. »

ET LES SÉRIES, ELLES ?

On sait d'autre part que les dossiers de discipline ne s'effacent pas, lorsque les séries commenceront. Est-ce que cela menace de déséquilibrer un peu Vincent Dunn dans la mission et sa façon d'y faire face ? Car il ne faut pas oublier que Dunn est un vétéran dans cette ligue, même un leader. Et quand il se consacre au hockey et à sa façon de jouer que l'on connaît depuis ses débuts dans la ligue, il s'avère un joueur dangereux devant le filet adverse.

De sorte que la question se pose: est-ce que cela fait peur un peu à Vincent Dunn d'entrer en séries en sachant que finalement, il ne trouvera grâce devant personne ? Personne ne lui donnera de chance. Au contraire. Il aura droit de penser à chacune de ses présences sur la glace que quelqu'un cherchera à le sortir pour un ou plusieurs matchs. Et pas nécessairement toujours chez les joueurs. Et les autres équipes ce sachant, elles chercheront à lui entrer dans la tête pour le faire perdre son calme, ce qui ouvrira la porte aux officiels pour lui imposer des inconduites (10 minutes) ou même le chasser du match.

« C'est certain que ce sera plus difficile pour moi de jouer les séries, dans les conditions qui se présentent. D'autant plus que dans les séries, les émotions sont encore plus à fleur de peau. Il est certain que je devrai faire encore plus attention que dans la saison, considérant que l'équipe a besoin de moi. Si je passe des games dans les estrades, c'est moins bon pour l'équipe et pour moi aussi. »

IL NE PEUT JOUER LES PIEDS SUR LES FREINS

Il est certain que Vincent Dunn ne sera pas lui-même s'il doit être continuellement avoir les pieds sur les freins. Serge Beausoleil n'a pas transigé pour obtenir ses services en se présentant sur la glace avec les ailes d'un ange. Ça ne fait pas partie de ses équipements.

Considérant les motifs qui ont amené Dunn à Rimouski et même sous contrat avec Ottawa, « si je change toute ma game, ça ne marchera pas. Tout est dans la question de trouver la ligne et c'est dur pour moi justement de la tracer, cette ligne. Je ne veux pas parler en mal contre la ligue, mais reconnaissons que c'est difficile pour moi » indique Vincent Dunn.

Dunn est aussi très conscient que, étant un vétéran devant jouer sur les deux premiers trios de son équipe, son absence par suspension brise deux trios, à savoir le sien et celui d'où un remplaçant doit graduer. « Je vais devoir faire attention. Je n'ai vraiment pas le choix. Cela fait partie de la game. »

Dans l'entourage de Dunn, on croit que la ligue sera possiblement moins difficile à son endroit dans les séries. On sait tous que l'arbitrage change pendant les séries, alors qu'on laisse un peu plus jouer. Aussi, ne devrait-il pas écoper de 10 minutes de mauvaise conduite pour avoir joué la visière relevée. Il est vrai que voilà une pénalité rarement - pour ne pas dire jamais - appelée. Mais contre Vincent Dunn, oui ! C'est vraiment à se poser des questions, tant chez les amateurs que les équipiers, que chez le principal intéressé.

VINCENT DUNN VEUT JOUER LES SÉRIES

Mais on dit que les séries, c'est une autre saison. Vincent Dunn voudra bien le croire. Comme on voudra bien croire qu'il y aura des conversations serrées entre Serge Beausoleil et Vincent Dunn, dans le but de voir à ce que le 53 demeure sur la glace et disponible 60 minutes sur 60 dans tous les matchs des séries.

De là à croire qu'il faudra, audit joueur déjouer la confrérie des arbitres, il y a un pas qui ne peut être oublier. Au contraire. Comme il lui faudra être en mesure de déjouer les clubs adverses qui chercheront à le faire expulser, lui faire prendre les nerfs. Tous les autres clubs le savent très fragilisé.

« Depuis ma suspension de cinq matchs aux fêtes, je pense que les choses ont bien été pour moi, jusqu'à mon actuelle suspension qui est très plate, car voilà une infraction non intentionnelle. Même le coaching staff sait que ce ne fut pas exprès. Je connais les règlements. Cela fait quatre ans que je suis dans la ligue. On me sort pour une infraction que je ne veux pas commettre. C'est plate pour mes équipiers, plate pour mes coachs, plate pour les amateurs, plate pour moi. C'est rendu que je marche sur une douzaine d'œufs et il ne faut pas que j'en casse un. Ce n'est pas facile » de conclure l'attaquant.

Note: la suspension de Vincent Dunn est terminée. Mais on nous indique qu'il n'aurait pu jouer pendant ces deux matchs, souffrant d'un virus sévère, au point qu'il nous a été annoncé ce matin qu'il est hospitalisé et qu'il ne sera pas du voyage à Chicoutimi et Baie Comeau cette semaine.