Sections

Des jeunes du Club Mouski s’illustrent pendant la finale de la Coupe Québec


Publié le 1 avril 2017

Les jeunes du Club Mouski ont participé à l'épreuve

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

SKI DE FOND. Ce samedi matin, tout près de 180 fondeurs se sont réunis à Rimouski pour y participer à la finale de la Coupe Québec 2017. Dans la course régionale hors Coupe Québec, trois jeunes athlètes du Club Mouski nordique ont remporté des médailles.

Une douzaine de jeunes du Club Mouski a participé à l’épreuve dans la catégorie midget, sur une distance de 5,4 km. Dans cette catégorie, deux fondeurs du Club ont remporté des médailles, Olivier Deschênes, qui a terminé son épreuve premier, sa sœur, Flora Deschênes, qui a terminé troisième. Un fondeur du Club Mouski a terminé sur la troisième marche du podium dans la catégorie maître, Yves-Olivier Ménard.

« Je me suis fait dire par un qui est parti avant que je devais tout donner dans la montée, raconte Olivier Deschênes, c'est ce que j'ai fait. Les autres me rattrapaient au fur et à mesure, mais ils n'ont jamais été capables de me rattraper complètement. La montée fait 1 km au début, c'est une grosse montée. D'habitude, on s'entraine sur la piste deux fois par semaine mais en style classique, il est rare qu'on la fasse, on la fait en style « skate » ou ski de patins. »

La Coupe Québec ouvre la participation aux catégories juvénile (15-16 ans), junior B, junior A, U23 et senior. La course régionale, qui se déroule en même temps mais ne fait pas partie de la Coupe Québec, est ouverte aux catégories maître, midget (15-14-13 pour les garçons et 14-13-12 ans pour les filles), les seules à skier sur la distance de 5,4 km. « On ouvre cette catégorie pour que les jeunes puissent s’initier aux compétitions provinciales », précise Daniel Guay, directeur de l’épreuve et président du Club Mouski nordique de Rimouski.

L’école de ski de fond de Mouski compte plus de 50 jeunes : « Quand ils atteignent 10-11 ans, on les embarque dans le groupe « développement », où ils apprennent à améliorer leur technique, davantage d’endurance, plus de musculation et commencent à faire des compétitions régionales », ajoute le président.

Difficile pour les farteurs

Ce matin, les conditions étaient très bonnes, mais difficiles pour les farteurs et les skieurs, précise M. Guay : « Quand on est autour de 0 °C, la neige est en train de changer, c’est le plus difficile à farter. Il est plus facile de farter lorsqu’il fait -8°C par exemple, car les conditions de neige changent moins. C’est pour cette raison qu’on a pris la course en style classique, parce qu’on voulait que ce soit un défi pour les farteurs de trouver la bonne combinaison de fartage. Les athlètes qui ont commencé la course à 10 h n’ont pas eu les mêmes conditions que ceux qui sont partis plus tard. »

Daniel Guay précise que la finale de la Coupe Québec à Rimouski est une des deux courses ayant lieu le plus tard du calendrier nord-américain, avec l’Alaska. « Ski de fond Québec a confiance qu’ici, nous gardons le plus longtemps des bonnes conditions. Le Mont-Saint-Bruno est actuellement fermé par manque de neige. »

La finale de la Coupe Québec s’était déroulée la dernière fois à Rimouski il y a trois ans. L’épreuve est organisée conjointement par le Club Mouski nordique et le Centre de plein air Mouski. M. Guay précise que cette finale réunit les meilleurs fondeurs au Québec : « Il y a des athlètes de l’équipe du Québec et de l’équipe canadienne junior. Les champions 2017 seront récompensés par catégories ce soir lors du gala. » Les prix cumulatifs de la Coupe Québec et les Méritas annuels seront remis lors du banquet.

Demain dès 9 h 30, une autre épreuve attend les fondeurs : l’ascension de la montagne du centre de ski Val-Neigette : « Comme il y a trois ans, nous répétons la spectaculaire montée du mont Val-Neigette où on pourra voir à l'œuvre certains athlètes qui ont participé à la Coupe du monde à Québec à la mi-mars. On invite la population en grand nombre à venir se masser le long du parcours pour encourager les athlètes dans leur exigeante ascension de la montagne et lors de l'épreuve du samedi », souligne Gilbert Pelletier, président du comité organisateur.

Une nouvelle piste l’année prochaine

Daniel Guay au Centre de plein air Mouski, où se déroulait la finale Coupe Québec 2017

©Photo TC Media - Adeline Mantyk

Le Club espère pouvoir ouvrir une nouvelle piste, plus difficile, l’année prochaine, avec davantage de dénivelés pour se rapprocher des standards canadiens. « On a circuit qui est jugé facile au niveau des standards canadiens, parce qu’on n’a pas beaucoup de montées et de descentes. Ce qui ne rend pas la course plus facile, toutefois. Un entraineur me disait qu’il trouvait la course difficile, car la montée du départ est difficile et ensuite c’est beaucoup de faux plats en descendant jusqu’à la fin, donc on tombe e technique de double poussée sans activer les jambes jusqu’à la fin et cela fait énormément travailler le haut du corps. Ça demeure une épreuve difficile », assure M. Guay.