«Une victoire dédiée à Bob et Michel»

Les Capitales ont le sens du spectacle

Charles Lalande redaction_quebec@tc.tc
Publié le 8 septembre 2016

CAPITALES DE QUÉBEC. Pour les Capitales de Québec, il était difficile d’ouvrir les séries éliminatoires avec un scénario plus dramatique. Hommage à Bob Bissonnette suivi d’une victoire concrétisé au tout dernier lancer de la rencontre.

En retard 4 à 3, tous les espoirs des hommes de Patrick Scalabrini reposaient sur les épaules de Marcus Knecht. Le Torontois de 26 ans n’aura pas déçu. Il a claqué un coup sûr au champ centre qui a produit deux points.

«Avec tout ce qui est arrivé cette semaine, c’est une victoire très émotive», a lancé le héros de la soirée, ajoutant que ses coéquipiers et lui utilisent cette tragédie comme source de motivation.

Ce même Knecht, toujours très émotif, est entré dans le bureau de son gérant avant le lancement des hostilités pour le serrer dans ses bras.

«2 mauvais lancers»

Avec les Capitales depuis une décennie, le lanceur Karl Gélinas était très lié à Bob Bissonnette. Il lui a d’ailleurs dédié la victoire.

«C’est le meilleur scénario. Les gars se sont rassemblés, particulièrement ceux qui sont ici depuis quelques années. Il était un être exceptionnel.»

Sur le plan baseball, Gélinas a été envoyé sur la butte pour la première joute face aux représentants de Rockland. Somme toute, il a connu une belle soirée au bureau, retirant plusieurs frappeurs sur trois prises. Il a toutefois accordé deux coups de circuit, permettant à leurs rivaux de marquer trois points.

«Deux mauvais lancers qui ont failli couter le match», a-t-il judicieusement analysé, en remerciant ses coéquipiers pour la victoire.

«On leur a fait très mal»

Scalabrini a lui aussi dédié le premier gain de cette série 3 de 5 à Roberto Bissonnette, mais il a également eu une pensée pour son patron, Michel Laplante, président des Capitales, qui a miraculeusement survécu à l’écrasement de l’hélicoptère.

«Je suis convaincu que nous allons le revoir bientôt, même si je ne sais pas si c’est bon pour lui de se lever et de célébrer», a dit le gérant avec un petit sourire.

Son homologue de Rockland a utilisé son meilleur releveur dans le but de décrocher la victoire, mais il n’a pas été en mesure de finir le travail. Cela fait en sorte qu’il ne pourra sans doute pas renouer avec l’action jeudi soir pour la deuxième joute.

«On leur a fait très mal à tous les niveaux. Demain [jeudi], nous voulons donner le deuxième coup de barre.»

Québec Hebdo