Le Coriolis II est de retour d'Argentine: mission accomplie !

Thérèse Martin redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 8 mai 2014

La mission scientifique menée par une cinquantaine de chercheurs de l’Argentine et du Québec dans les eaux sud-américaines s’est avérée un succès. Le Coriolis II, navire de recherche océanographique, a rempli une mission qui ne restera pas sans suites.

Les suites, elles seront nombreuses, autant pour l’Argentine que pour l’UQAR-ISMER. Cette mission scientifique qui s’est déroulée du 31 janvier au 4 mars au large de l’Argentine nécessitait un investissement global de 1,7 million $, dont la grande partie était financée par les Argentins. La contribution de l’UQAR s’établit à environ 300 000 $. Huit étudiants y ont participé et continueront de travailler à l’analyse des données.

La mission scientifique à bord du Coriolis II consistait essentiellement à recueillir des données dans les domaines océanographique et géologique, dans le but de comprendre comment fonctionnent l’écosystème et la géologie marine du golfe San Jorge. « Cette mission a donné une grande visibilité à l’UQAR-ISMER, à ses chercheurs, à son expertise et confirmé ses capacités à réaliser une grande mission scientifique d’envergure internationale », explique la directrice de l’Institut des sciences de la mer, Ariane Plourde. La mission a également confirmé l’efficacité du Coriolis et de ses équipements scientifiques.

Les données recueillies seront utilisées par les chercheurs argentins, mais elles fournissent aussi des indications importantes aux chercheurs d’ici, par exemple, sur les courants marins, les conséquences possibles de l’exploitation pétrolière extra côtière. « Nous pouvons mieux comprendre comment fonctionne un écosystème et prévoir les événements par une modélisation écologique », précise Gustavo Ferreyra, chef de mission du volet océanographique.

Cette mission n’est pas le point final de ces recherches, mais plutôt le commencement. Pour l’UQAR-ISMER, cette mission scientifique ouvrira également des portes à de nouvelles collaborations internationales.

Données sur le voyage du Coriolis II

Total de 167 jours passés en mer, dont 33 jours en mission

Le Coriolis a mis près d’un mois pour se rendre en Argentine (14 000 km)

15 chercheurs de l’UQAR-ISMER étaient à bord

Le Coriolis est un navire de 50 mètres équipé de plusieurs laboratoires

14 membres d’équipage travaillent à son bord

Les opérations du navire sont gérées par REFORMAR

Son port d’attache est Rimouski