INNO-3B développe un concept d'agriculture novateur

Alexandre D'Astous redaction_rimouski@tc.tc
Publié le 13 juin 2015

Benoît Cayer, directeur général de Biopterre, Martin Brault, président d'Inno-3B, Pierre Boulanger, vice-président d'Inno-3B et David Brault, vice-président d'Inno-3B.

©Photo gracieuseté

KAMOURASKA. Martin Brault, président d’Inno-3B, ainsi que Benoît Cayer, directeur général de Biopterre, présentent un concept d’agriculture à environnement contrôlé novateur développé par l’entreprise kamouraskoise.

Nouvelle entreprise, Inno-3B souhaite clairement faire les choses autrement. Les trois B d'Inno sont d’ailleurs représentés par Martin Brault, Pierre Boulanger et David Brault. Ils ont ensemble conceptualisé un système automatisé afin de permettre la production de végétaux. Il s’agit d’un nouveau mode de production autant adapté aux zones nordiques (absence de lumière) qu’à la production à grande échelle en milieu urbain. Les performances énergétiques validées par Biopterre font de ce système, un nouveau mode de production plus efficace et beaucoup plus performant que les méthodes traditionnelles. Accompagnée dans leur démarche par un centre collégial de transfert de technologie du Cégep de La Pocatière et de L’Institut de technologie agroalimentaire (ITA), Biopterre a supervisé le volet agronomique, alors que l'entreprise a mené des expérimentations pour développer leur produit.

Biopterre établit et réalise les protocoles expérimentaux qui valident la performance du système installé dans leurs locaux à La Pocatière. Les résultats de ces analyses permettent à des producteurs de tous horizons d’établir les rendements ainsi que des projections économiques précises. Dès les premiers cycles de culture après l’installation d’un premier module de validation, l’équipe a observé une performance de la technologie bien au-delà des attentes initiales. Grâce, entre autres à la technologie unique de diffusion de la lumière, de recyclage de l’énergie et de l’optimisation des éléments, les modules consomment moins d’énergie pour produire la lumière nécessaire à une croissance optimale de la plante.

Martin Brault mentionne avoir observé une meilleure efficience du module que les calculs avaient prédit, au point qu’ils ont dû faire la récolte après quatre semaines plutôt que cinq, tel que prévu dans le protocole initial. Le rendement observé de 11 grammes / jour dépasse largement la référence de 7.5 grammes / jour en serre.

Ce système de production à environnement contrôlé jouera donc un rôle important en ce qui concerne les enjeux tels la sécurité alimentaire. Il ouvrira également de nouveaux horizons, offrant de nouvelles méthodes de production alimentaire locales, répondant de manière efficiente aux enjeux actuels de manière durable.

Pour plus d’information, consultez le site Internet www.inno-3b.com.