Les municipalités ont le vent dans les pales

MRC de La Mitis et de La Matapédia

Sonia Lévesque sonia.levesque@tc.tc
Publié le 19 octobre 2016

Les quatre parcs éoliens dans lesquels la MRC de La Mitis est partenaire lui rapporteront à terme 2,5 M$.

©Photo TC Media – Archives

RETOMBÉES. Avec les projets éoliens Roncevaux et Nicolas-Riou, les MRC de La Mitis et de La Matapédia pourront escompter en moyenne des revenus annuels de 737 000 $ par MRC, pendant 25 ans.

« On peut dire qu'on a le vent dans les pales » image Marcel Moreau, directeur général de la MRC de La Mitis et membre de la régie régionale de l'énergie, qui chapeaute les deux projets.

C'est de l'argent neuf, et c'est ce qui est d'autant plus intéressant pour les municipalités qui peuvent ainsi investir dans le développement. Marcel Moreau

Les 13 MRC du Bas-Saint-Laurent (huit) et de la Gaspésie (cinq) sont partenaires de ces projets pilotés par INV Énergie dans le cas de Roncevaux et EDF Énergie dans le cas de Nicolas-Riou. Le coût total de réalisation s'élève à quelque 675 M$.

Située dans la MRC d'Avignon, sur les plateaux qui se trouvent derrière la municipalité de Matapédia, le parc éolien Roncevaux et ses 34 éoliennes, d'une capacité de 75 mégawatts (MW), entreront en fonction le 1er décembre prochain. D'une capacité de 225 MW, les 65 éoliennes du parc Nicolas-Riou, dans la MRC des Basques, commenceront à livrer de l'énergie un an plus tard.

« On peut dire qu'à terme quand tous les projets seront en fonction, c'est 2,5 M$ nets par année qui vont entrer dans les coffres des municipalités de La Mitis » signale Marcel Moreau, en rappelant que cette MRC est aussi partenaire du parc éolien de Lac-Alfred dans la Vallée de la Matapédia et du parc éolien communautaire de La Mitis. « C'est de l'argent neuf, et c'est ce qui est d'autant plus intéressant pour les municipalités qui peuvent ainsi investir dans le développement » ajoute M. Moreau.

Selon la formule de répartition retenue dans la MRC de La Mitis, le premier 40 % des bénéfices sera partagé équitablement entre les 16 municipalités du territoire, et le reste selon la richesse foncière uniformisée.