Rimouski obtient 295 974$ pour améliorer son transport en commun

Alexandre D'Astous alexandre.dastous@tc.tc
Publié le 23 novembre 2016

Deux autobus de type G5 utilisés pour le transport en commun Citébus, à Rimouski.

 

©Photo TC Media - Pierre Michaud

Le ministre du Bas-Saint-Laurent, Jean D'Amour, confirme, au nom du ministre des Transports, Laurent Lessard, et du ministre du Développement durable, David Heurtel, l'octroi d'une aide financière de 295 974 $ à la Ville de Rimouski pour l’amélioration des services de transport en commun.

Cette somme est versée dans le cadre du volet 1 – Subvention à l'amélioration des services de transport en commun du Programme d'aide au développement du transport collectif découlant du Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques. « J'ai à cœur de poser des gestes qui permettent d'offrir aux citoyens des services de qualité en transport dans le but de faciliter la mobilité des personnes. En ce sens, l'aide financière annoncée aujourd'hui est un exemple de mesures prises dans le but de soutenir des initiatives concrètes en matière de transport collectif et d'environnement, au bénéfice des utilisateurs, mais aussi de l'ensemble de la population », déclare le ministre Lessard.

« Grâce au Fonds vert, dont les revenus proviennent principalement du marché du carbone, le gouvernement soutient les municipalités, les instituts de recherche, les citoyennes et les citoyens québécois dans leur transition vers un monde plus sobre en carbone. En plus de favoriser la relance et le développement durable de notre économie, cette action concrète, qui s'inscrit dans notre Plan d'action 2013-2020 sur les changements climatiques, nous permet de lutter, ensemble, contre les changements climatiques afin d'assurer une qualité de vie à nos enfants. Faisons-le pour eux! », affirme le ministre Heurtel.

« Nous sommes fiers d'accompagner la Ville de Rimouski dans ses efforts pour offrir à la population des services de qualité. Cette aide financière de 295 974 $ témoigne de notre engagement pour favoriser l'essor du transport durable au Québec visant, entre autres, à réduire les effets de nos modes de transport sur l'environnement », a conclu le ministre D'Amour.