Le Bicois Cédric Bouillon aux auditions du Banquier

Adeline Mantyk adeline.mantyk@tc.tc
Publié le 2 mai 2016

FIBROSE KYSTIQUE. De son objectif de 30 000 $ fixé pour son défi « Défibrose kystique », Cédric Bouillon a atteint le tiers, mais après son défi qui lui fera faire 14 marathons en 14 jours du 15 au 29 mai, il compte bien se rendre à la populaire émission pour empocher une somme qui lui permettra de donner des conférences partout au Québec.

Pour amasser les fonds qui lui permettront, entre autres, de donner des conférences sur la motivation en lien avec l’épreuve que vit sa famille, le Bicois de 37 ans s’est inscrit, avec sa famille et sa cause sous le coude, à l’émission Le Banquier, comptant finir dans les 10 candidats de l’émission et se frottant à une marée de 6000 candidats potentiels : « Ça fait beaucoup de candidats, mais je pense que nous avons nos chances. Je souhaite, si je gagne, aller faire le tour des écoles. Je devrais savoir si je passe le prochain tour cet été ». Il n’en dira pas plus sur les coulisses de l’émission car les producteurs lui ont fait signer une clause de confidentialité.

Un dépistage qui coûterait 5 $

Cédric Bouillon et sa conjointe ont découvert il y a un an que leur fils Bastien, aujourd’hui âgé de cinq ans, souffrait de la fibrose kystique : « L’avoir su dès sa naissance nous aurait permis de lui donner des médicaments pendant quatre ans et de potentiellement allonger son espérance de vie. Quand du jour au lendemain, on vous annonce que votre fils a une maladie mortelle, on mange un coup! Le dépistage en coûterait 5 $. Le Québec est la seule province d’Amérique du Nord qui ne permet pas cela », déplore M. Bouillon.

Son autre fils, Arnaud, un bébé de deux ans, doit prendre plusieurs médicaments quotidiennement, souffrant lui aussi de cette même maladie dégénérative mortelle. Son troisième fils, Jean-Christophe, 7 ans, n’a pas la maladie.

Un marathonien endurcit

Cédric Bouillon va se lancer dans un véritable tour de force mental et d’endurance le 15 mai, alors qu’il va parcourir 14 marathons en 14 jours dans le but d’amasser des fonds pour la recherche sur la fibrose kystique. « Il suffit que chaque Québécois donne 1 $, sur internet ou en main propre quand je passe dans les régions. Les possibilités pour la recherche sont inouïes », indique-t-il.

Le Bicois se dit profondément motivé à réussir l’épreuve de ses 14 marathons, soit 600 km, en 14 jours afin de se rendre, le 29 mai, à la Marche nationale de la fibrose kystique à Laval : « Rien ne me fait peur, mise à part peut-être les grosses chaleurs de Montréal auxquelles je suis moins habitué », raconte celui qui est « coaché » par un marathonien rimouskois de renom, Emmanuel Joncas.