Sections

Trois maires convoitent le poste de préfet dans La Mitis


Publié le 14 novembre 2017

Trois maires souhaitent succéder à Réginald Morissette au poste de préfet. M. Morissette, à droite, a fait ses adieux au monde municipal, cet automne. À gauche, le directeur général de la MRC de La Mitis, Marcel Moreau.

©Photo TC Media - Sonia Lévesque/archives

ÉLECTION. Les maires de Price, Sainte-Angèle-de-Mérici et Sainte-Flavie sont sur les rangs en vue de succéder à Réginald Morissette au poste de préfet de la MRC de La Mitis, le 22 novembre.

Jean-François Fortin
Photo TC Media - Archives

Dès l'annonce de sa candidature à la mairie de Sainte-Flavie, Jean-François Fortin n'a pas caché son intérêt pour la préfecture. Dans une lettre envoyée à ses 15 collègues du conseil des maires, l'ex-député fédéral indique vouloir faire bénéficier la MRC de son réseau de contacts.

M. Fortin dit croire au rôle positif que Mont-Joli doit jouer pour le développement de la MRC qui est aussi lié, indique-t-il, à la bonne santé des municipalités rurales. « Il est grandement temps que nous arrêtions de tirer (de tout côté) la couverture – déjà trop petite pour nos 16 municipalités - et que nous entamions ce grand chantier nous permettant de tisser une catalogne qui respecte nos particularités, forte de nos différences, mais qui présente un front uni pour développer notre région » ajoute-t-il.

S'il est élu préfet, Jean-François Fortin a l'intention de faire une tournée des conseils municipaux pour démystifier, dit-il, le rôle que joue la MRC.

Bruno Paradis
Photo TC Media - Sonia Lévesque

Le maire de Price Bruno Paradis est aussi sur la ligne de départ pour succéder à Réginald Morissette. « Ma vision est celle d'une MRC qui veille à toujours placer ses membres au centre de ses préoccupations » souligne le maire Paradis, qui croit en « la nécessité de se regrouper pour faire face aux exigences gouvernementales. » Ceci dit, il plaide aussi pour les vertus de la décentralisation.  «Selon moi, il faut plutôt chercher à outiller les municipalités pour qu'elles développent des ententes intermunicipales correspondant à leur vision, à leurs réalités et à leurs valeurs » soutient M. Paradis, en se disant conscient de la capacité de payer des municipalités et de ses limites.

Michel Côté
Photo TC Media - Sonia Lévesque

L'ex-préfet de 2009 à 2013, Michel Côté, nouvellement élu à la mairie de Sainte-Angèle-de-Mérici, se montre aussi intéressé par le poste. « Comme dirait l'autre, je ne veux pas que ce soit un couronnement » souligne M. Côté, qui fait valoir sa capacité de rallier.

Michel Côté voit d'un très bon œil la nouvelle composition du conseil des maires où dix des 16 maires sont de nouveaux élus. « Nous avons eu notre première rencontre et l'atmosphère était très bonne. C'est une belle équipe, et le meilleur est à venir selon moi » souligne Michel Côté, qui a été associé aux premiers développements éoliens de la MRC.

Pour être élu, le préfet doit rallier les deux tiers des voix, soit 22 des 33 voix que se partagent les 16 municipalités de La Mitis selon leur nombre d'habitants. Mont-Joli détient 9 des 33 voix.